Vous êtes pris au piège dans la ville de Covington.
Ville pleine de magie et de mystère.
Quel sera votre camp ?

Partagez | .
 

 Alcool et Baston ne font pas bon ménage (P.V : Edward Sparkle)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
bienvenue à Covington
Gabriel Dash
avatar

Voir le profil de l'utilisateur
GÉNÉRAL.Age : 20 ans
Surnom : Gab
Photo d'Identité : Adam Lambert
Métier : Etudiant
Localisation : Surement dans un bar de la ville
Humeur : A envie de jouer au chat et à la souris
Cupidon : ღ Amoureux ღ


POUVOIR.
Informations sur le Personnage
Groupe :: Altéré
Camp :: Souhaite quitter la ville !
Description du Pouvoir : :

MessageSujet: Alcool et Baston ne font pas bon ménage (P.V : Edward Sparkle)   Mer 6 Sep - 19:16

Alcool et Baston ne font pas bon ménage - KOF KOF

J'ouvre difficilement les yeux, des larmes coulent le long de mes joues. Non, ce ne sont pas des larmes de tristesse ou autres, juste de fatigue et du fait que je viens de vomir tout l'alcool qui était contenu dans mon estomac. Je regarde quelques instants mon vomi mélanger avec quelques gouttes de sang. Je n'attends pas plus pour tirer la chasse d'eau, passant une main sur mon visage, grimaçant presque immédiatement en touchant une blessure à la commissure droite de mes lèvres. Je me relève avec beaucoup de difficulté de la cuvette des toilettes, où j'étais resté une bonne demi-heure pencher dessus à vomir tout l'alcool que j'avais bu et crachant un peu de sang par la même occasion. Même si l'alcool que j'avais bu se trouvait maintenant, bien loin dans les siphons des toilettes, les effets étaient bien présents en moi. J'ai du mal à tenir debout, mes gestes sont maladroits et j'ai l'impression que le monde entier tourne autour de moi. Je n'imagine même pas l'odeur qui doit se dégager de moi, un mélange d'alcool, de sang et de vomi. Mes mains tremblantes se posent de chaque côté du lavabo, j'ouvre d'une main hésitante le robinet. Je regarde un moment l'eau couler, ayant du mal à accorder mes gestes et mes pensées. Au bout de quelques minutes, je penche mon visage vers le robinet, touchant du bout des lèvres l'eau qui s'y coule. Je fais immédiatement un pas en arrière en sentant l'eau glacer toucher ma blessure à la lèvre. Je grimace, me retenant de gémir de douleur. Une main se porte à mon visage, touchant délicatement cette blessure qui me fait tant souffrir. Au même moment, je lève les yeux vers le miroir de la salle de bain et je constate avec désarroi un beau coquard qui commence à se former près de mon œil gauche. Une nouvelle grimace se dessine sur mon visage, en voyant ce dernier ainsi abîmer. Un soupir s'échappe de mes lèvres, imaginant déjà la tête de mon père adoptif en me voyant ainsi.

Je réussis au bout de plusieurs longues minutes d'hésitation à rincer ma bouche et ainsi m'ôter, un tant soit peu, le goût de vomi. Je marche en titubant vers ma chambre, me cognant contre chaque mur et porte. Je suis bien content de dormir à l'étage et que mon père adoptif dorme en bas, ainsi, je ne risque pas le réveil en revenant complètement bourré ou défoncé. Sur le moment, j'oublie complètement que même si je ne risque pas de réveiller mon père adoptif, un autre habitant, dormant à l'étage, pourrait bien se réveiller en entendant le vacarme que je suis entrain de faire. Je tombe de tout mon long en ouvrant la porte de ma porte chambre, me faisant gémir de douleur. Je ne prends pas la peine de me relever, non. Je me traîne sur le plancher de ma chambre, attrapant mon sac d'école, commençant à fouiller dedans. Qu'est-ce que je cherchais ? Quelque chose qui pourrait m'aider à surmonter la douleur et me faire oublier la baston qui s'était produit, il y a moins d'une heure. Je balance mes cahiers et autres affaires se trouvant dans mon sac aux quatre coins de ma chambre. Mon visage s'assombrit peu à peu ne trouvant pas ce que je souhaite. Ai-je donc déjà tout fumé, tout sniffer ?... Ai-je déjà pris toute la drogue "spéciale école" ? Je balance le sac maintenant vide, soupirant lourdement ne trouvant pas mon calmant. Je cherche à me relever, mais je retombe presque immédiatement, gémissant à nouveau de douleur. J'ai envie de pleurer... J'ai mal, pas seulement au visage, mon corps souffre également... Il doit être couvert de trois ou quatre hématomes. Stupide bagarre... Sortir d'une soirée en ayant un coup dans le nez et tomber sur deux putains d'homophobe à la con... Alors oui, j'ai commencé à frapper le premier, mais il ne fallait pas m'insulter ! Je n'ose même pas retirer ma veste en cuir, n'ayant ni la force, ni le courage de le faire, imaginant très bien la douleur en essayant de le faire...

Soudain, j'entends un bruit de pas, je relève avec difficulté ma tête vers ma porte de chambre et regardant avec surprise l'homme à tout faire de mon père adoptif. J'avais complètement oublié ce petit chaton recueilli par mon paternel. Un rire cynique s'échappe de ma bouche, il doit me trouver pitoyable assis là, au beau milieu de ma chambre en bazar, le visage abîmé accompagné d'une forte odeur d'alcool.


- Désoler de t'avoir réveiller petit chaton, tu peu retourner dans ta chambre faire dodo ! Je vais essayer d'être plus discret...
© 2981 12289 0


bienvenue à Covington
Edward Sparkle
avatar

Voir le profil de l'utilisateur
GÉNÉRAL.Age : 32 ans
Surnom : Ed
Photo d'Identité :
Métier : Vendeur (aide actuellement à l'Eglise)
Cupidon : In love


POUVOIR.
Informations sur le Personnage
Groupe :: Altéré
Camp :: Souhaite rester dans la ville !
Description du Pouvoir : :

MessageSujet: Re: Alcool et Baston ne font pas bon ménage (P.V : Edward Sparkle)   Ven 8 Sep - 21:09


       
Gabriel & Edward // ALCOOL ET BASTON NE FONT PAS BON MÉNAGE
⚜ NOW, TAKE ME HOME ⚜

       




Je peignais un tableau
L'image était une peinture de toi
Et un instant, j'ai pensé que tu étais là
Mais à nouveau, ce ne fut pas vrai

Et tout ce temps, j'ai menti
Oh je me suis secrètement menti à moi-même
J'ai mis la douleur dans l'endroit plus éloigné de mon étagère

Et je courais loin
Fuirai-je le monde un jour?
Personne ne sait, personne ne sait
Et je dansais sous la pluie
Je me sentais vivant et je ne peux l'expliquer
Maintenant ramène-moi à la maison
Ramène-moi à la maison, l'endroit auquel j'appartiens
Je n'ai pas d'autre endroit où aller
Je n'en peux plus



- Emilia... J'en peux plus... S'il te plait... Ramène moi à la maison... Que tout redevienne comme avant...

- Tu sais bien que c'est impossible Ed.

Les larmes coulent le long de mon visage tandis qu'elle caresse tendrement ma joue. Elle dépose un baiser sur mon front. J'attrape son poignet.

- S't'euplais... Me laisse pas...

Sa main s'éloigne de moi et je tremble de peur.

- C'est de ta faute Ed. Sans toi je serais encore en vie. C'est toi le responsable. Tu m'as tué.

Sa voix est soudain extrêmement froide et les larmes recouvrent mes joues.

- Non ! Non je voulais pas !

- Mais tu l'as fait...



Je me réveille en sursaut. Mon cœur frappe fort ma poitrine. Mes joues sont humides et je suis légèrement tremblant. J'entends du bruit dans la chambre d'à côté. On dirait que Gabriel est tombé... Je crois que c'est lui qui m'a réveillé. Je lui dois une fière chandelle... Mais j'ai encore du mal à me remettre de ce cauchemar qui semblait si réel...

Je m'inquiète tout de même pour Gabriel. Alors je me lève, même si j'ai encore la tête dans l'cul... Je suis en caleçon mais je n'y fais même pas attention. Peu importe de toute manière. C'est un jeune gars. C'est pas comme si j'étais comme ça devant le père Warren. Je suis sûr que Gabriel n'y verra aucun irrespect... Juste un mec réveillé par le bruit qui vient voir c'quil se passe.

Je sors donc de ma chambre et arrive vers la sienne. La porte est grande ouverte, et Gab se traîne par terre. A-t-il bu ? Oh oui ça sent l'alcool... J'y connais quelque chose... Oh... Il a l'air blessé. Il s'excuse et m'appelle... Chaton ? Je m'approche de lui et lui tends la main. Je lui dis d'un air joueur, histoire de détendre un peu l'atmosphère.

- J'crois que tu serais mieux allongé dans ton lit, plutôt qu'allongé par terre.

Je crains qu'il ne me rejette si je prends un air trop sérieux. Et... Je ne sais pourquoi mais je ressens le besoin de le protéger. Je n'aime pas le voir dans cet état. Je me demande ce qu'il s'est passé. Un règlement de compte ? Je ne veux pas lui poser trop de questions pour le moment. Il semble assez... Sauvage. Et j'aimerais l'apprivoiser.

Je suis heureux de voir qu'il prend ma main. Il tente de se lever mais n'a pas l'air de tenir debout plus d'une seconde. Je le rattrape rapidement, passant un bras autour de son torse. Je l'aide à s'approcher de son lit, et le fais s'assoir dessus. J'affiche un sourire amusé en me reculant.

- Voilà qui est mieux !

Je ne pose toujours pas de questions. Je me montre patient. Je ne veux pas le bousculer, le braquer. Je suis là pour l'aider, et il parlera seulement s'il le souhaite. Je suis là à le regarder, espérant qu'il aille vite mieux. Ce garçon m'intrigue. Son look, son comportement... Je me demande ce qu'il pense vraiment, ce qu'il ressent. J'aimerais apprendre à le connaître. Et savoir ce qui l'a poussé à ce comportement, et à cette haine entre le Père et lui.



       
⇜ code by bat'phanie ⇝


bienvenue à Covington
Gabriel Dash
avatar

Voir le profil de l'utilisateur
GÉNÉRAL.Age : 20 ans
Surnom : Gab
Photo d'Identité : Adam Lambert
Métier : Etudiant
Localisation : Surement dans un bar de la ville
Humeur : A envie de jouer au chat et à la souris
Cupidon : ღ Amoureux ღ


POUVOIR.
Informations sur le Personnage
Groupe :: Altéré
Camp :: Souhaite quitter la ville !
Description du Pouvoir : :

MessageSujet: Re: Alcool et Baston ne font pas bon ménage (P.V : Edward Sparkle)   Ven 8 Sep - 22:14

Alcool et Baston ne font pas bon ménageJe baisse légèrement les yeux vers le sol en voyant Edward au pas de ma porte. D'habitude, je me moque de ce que peuvent penser les gens sur moi. Que ça soit sur mon homosexualité ou pour mon penchant pour l'alcool et la drogue. Mais je détestais tout bonnement que l'on me voie au plus bas de l'échelle... Et puis, surtout, nous vivions sous le même toit lui et moi et je ne voulais surtout pas qu'il me voie ainsi. Car premièrement, on ne se connaît pas beaucoup et j'ignore s'il est proche de mon père adoptif ou quoi. Donc est-ce qu'il allait tout balancer le lendemain direct ? Ou bien allait-il garder cela pour lui ? Si jamais il balance, je me barre de cette baraque et je pars vivre quelques jours chez mon meilleur et sexfriend jusqu'à ce que mon père soit calmé. Et puis deuxième... Il était grave mignon putain ! Et je comptais bien en faire mon petit quatre-heures, si vous voyez ce que je veux dire. Alors, disons que je ne marquais pas beaucoup de points niveau séduction avec de telles blessures sur mon doux visage et en puant l'alcool et le vomi à des kilomètres à la ronde. Enfin, pour l'odeur, je ne sais pas trop, disons qu'il est difficile de s'auto sentir quand l'alcool a déjà bien atteint les neurones. Par ailleurs, je mets un long, même très long, je dirais, moment à réaliser que mon petit chaton porte juste un caleçon. Mais nous reviendrons sur ce joli petit détail un peu plus tard.

Bref, alors que je relève les yeux pour voir si mon voisin de chambre est parti, je me rends compte que ce dernier, c'est rapprocher de moi et qu'il me tend même sa main.


- J'crois que tu serais mieux allongé dans ton lit, plutôt qu'allongé par terre.

Il marque un point, si je m'endors sur le plancher de ma chambre, je risque de me réveiller avec un sacré mal de dos. Mais bon, j'avais déjà dormi sur la tombe froide de mon Andrew, alors le plancher de ma chambre ne devait pas être pire. À bien réfléchir, j'avais déjà dormi dans toute sorte d'endroit sordide : dans une baignoire, dans le coffre d'une voiture, sur une table à manger, et même sur le toit d'une maison. Ne me demandez pas comment je fais pour finir à dormir dans de tels lieux insolites, car je m'en souviens jamais. Je dois être trop bourré ou défoncé pour m'en souvenir. C'est donc souvent, en rigolant, que je me réveille dans ces endroits insolites qui sont loin d'un bon lit confortable.

Je ne réponds rien à mon interlocuteur, sentant un arrière-goût d'alcool remonter au même moment. Et donc par peur de lui vomir dessus les quelque restant d'alcool encore présent dans mon estomac, je garda ma bouche bien fermée et pris sa main un peu maladroitement. C'est en tenant fortement sa main que j'essaye tant bien que mal à me relever. Je manque de trébucher, mais Edward me rattrape juste à temps passant un bras autour de mon torse et c'est là ! Oui, c'est exactement là que mes neurones se connectent en elles et me font réaliser que mon petit chaton est torse nu, ne portant qu'un simple caleçon que mon esprit pervers rêverait de faire tomber immédiatement. Eh oui, il m'en aura fallu du temps pour réaliser ce qui se passait sous mes yeux. Je ne peux donc pas m'empêcher de laisser mes yeux glisser sur ce torse nu, déviant de plus en plus vers le bas. Mais mon regard se relève aussitôt au moment même ou Edward réussi à me faire m'asseoir sur mon lit.


- Voilà qui est mieux !

Un sourire malicieux vient s'afficher sur mes lèvres. Je sens mon esprit pervers qui se frotte les mains avec les effets de l'alcool bien présent dans mon corps. Je sens qu'il veut s'amuser, qu'il veut profiter de la situation et surtout qu'il veut profiter de cet homme quasi nu devant moi. C'est donc avec beaucoup d'amusement que je lui dis :

- Ça serait beaucoup mieux si tu venais t'asseoir à coté de moi...

En disant cela, je laisse de nouveau mes yeux se baladaient sur son torse nu, avant de lui prendre de nouveau la main et l'attirer vers moi, le forçant par la même occasion à s'asseoir sur le lit à côté de moi. J'approche mon visage du siens, me moquant soudainement... Ou bien ai-je tout simplement oublié mon visage abîmé et l'odeur que je pouvais dégager. Bref, mon visage se rapproche de celui de mon petit chaton, lui murmurant ces quelques mots :

- Tu ne veux pas dormir avec moi ?... Je déteste dormir seul et puis... Je m'approche encore un peu plus de lui. Tu sens tellement bon...

Je viens me mordiller la lèvre inférieure, me retenant ainsi pour ne pas me jeter sur lui direct. Mais grave erreur que je viens de faire là ! Je viens d'appuyer sur ma blessure, me voilà donc grimaçant, me laissant tomber sur le lit, me retenant de gémir de douleur face à ma connerie monumentale. Au bout de quelques secondes à peine, un rire triste s'échappe de ma bouche, laissant au passage ces quelques mots sortir de cette dernière :

- Dit moi petit chaton, à quel point suis je pitoyable pour que tu te préoccupes de moi ?
© 2981 12289 0


bienvenue à Covington
Edward Sparkle
avatar

Voir le profil de l'utilisateur
GÉNÉRAL.Age : 32 ans
Surnom : Ed
Photo d'Identité :
Métier : Vendeur (aide actuellement à l'Eglise)
Cupidon : In love


POUVOIR.
Informations sur le Personnage
Groupe :: Altéré
Camp :: Souhaite rester dans la ville !
Description du Pouvoir : :

MessageSujet: Re: Alcool et Baston ne font pas bon ménage (P.V : Edward Sparkle)   Ven 8 Sep - 22:58


       
Gabriel & Edward // ALCOOL ET BASTON NE FONT PAS BON MÉNAGE
⚜ NOW, TAKE ME HOME ⚜

       



Il met un léger temps avant de voir que je lui tends la main. Il n'a pas l'air habitué à ce qu'on l'aide et je trouve ça plutôt triste. Avant... Tout ça... Avant cet accident... J'étais quelqu'un d'altruiste, qui aimait les gens. Mais perdre ma sœur m'a doucement détruit... Je m'étais perdu... Mais depuis que je suis ici, j'ai l'impression de redevenir lentement moi-même. J'ignore si ça me plait. Je ne serai plus jamais vraiment le même sans elle de toute manière...

Je n'arrive pas à savoir si Gabriel est encore ivre. Mais je pense que si... Sa façon de m'appeler "chaton" puis... Il me tire vers lui, pour que je m'assois à ses côtés. On dirait qu'il me drague. Je pense qu'il est vraiment bourré ! Il sent horriblement fort l'alcool et son visage fait peur à voir. Il a besoin de quelques soins. Mais je suis pas très doué pour ça.

Je sens alors son visage s'approcher du mien. Il dit encore des choses sans queue ni tête. Je pense qu'il a aussi besoin d'un bon sommeil réparateur ! Pour se mettre dans cet état, il doit avoir ses raisons... Une douleur qui le dévore. J'ai l'impression de me voir, il y a quelques mois... Est ce pour ça que j'ai tant envie de l'aider ?

Je le vois soudain souffrir et s'écrouler sur le lit. Je grimace légèrement. J'ai mal pour lui mais je sais pas trop quoi faire. Il me demande alors si j'ai pitié de lui. Je ne sais pas. Je ressens de la compassion. Mais si par là il se demande si je le trouve ridicule, alors la réponse est non. Je le trouve au contraire touchant. Je ressens toute sa douleur. Je ne sais pas ce qui lui arrive ou ce qu'il lui est arrivé dans le passé... Mais j'ai la sincère impression de le comprendre. Cette fois, j'ai un air surement un peu trop sérieux. Surement parce que moi aussi, j'ai mal.

- T'es pas pitoyable... Tu me fais penser à moi... Il y a quelques mois. Je sens que tu souffres.

Je le regarde un instant, puis reprends, le ton plus léger.

- Faudrait soigner ces vilaines blessures. Y'a une boite à pharmacie dans la maison ?

Je compte aussi aller dans la cuisine pour lui préparer l'un de mes fameux cocktail anti cuite. Je prenais ça le matin dans les bars, pour me remettre de la cuite de la veille. Dégueulasse mais très efficace !


       
⇜ code by bat'phanie ⇝


bienvenue à Covington
Gabriel Dash
avatar

Voir le profil de l'utilisateur
GÉNÉRAL.Age : 20 ans
Surnom : Gab
Photo d'Identité : Adam Lambert
Métier : Etudiant
Localisation : Surement dans un bar de la ville
Humeur : A envie de jouer au chat et à la souris
Cupidon : ღ Amoureux ღ


POUVOIR.
Informations sur le Personnage
Groupe :: Altéré
Camp :: Souhaite quitter la ville !
Description du Pouvoir : :

MessageSujet: Re: Alcool et Baston ne font pas bon ménage (P.V : Edward Sparkle)   Sam 9 Sep - 14:57

Alcool et Baston ne font pas bon ménageLes yeux fixés sur le plafond de ma chambre, je me retiens pour ne pas gémir de douleur, après avoir eu la bonne idée de mordre ma lèvre inférieure. Je me suis laissé tomber sur mon lit en sentant cette douleur vive et je me rassure à moitié en me disant que la douleur pourrait être bien pire si je n'avais pas autant bu ce soir. D'ailleurs, je regrette d'avance de me réveiller demain avec une magnifique gueule de bois et souffrant à cause de mes nombreuses blessures sur mon corps et sur mon visage. Soudainement, je demande à mon voisin de chambre s'il me trouve pitoyable ainsi, pour se sentir obligé de s'occuper de moi. Je ne sais pas pourquoi je lui demande, car après tout je m'en moque un peu s'il me répond que oui. C'est sûrement l'alcool qui me fait lui poser une question si inutile, ou bien... Peut-être que j'ai vraiment envie de savoir son avis sur moi et ainsi savoir ce qu'ils pensent des personnes dans mon genre. Le genre de personne qui boit comme un trou et qui se retrouve à se battre contre deux petits cons d'homophobe à cause d'une réflexion. Alors ce sont les yeux rivés au plafond que j'attends sa réponse à ma question, même si je ne suis pas sûr de m'en souvenir le lendemain.

- T'es pas pitoyable... Tu me fais penser à moi... Il y a quelques mois. Je sens que tu souffres.

- À toi ? Je me demande bien ce qu'il peut te faire penser cela... Un nouveau rire s'échappe de ma bouche, aussi triste que le premier. Je ne sais pas ce que tu t'imagines sur mon compte, mais juste un peu trop bu à une soirée et...

J'hésite à terminer ma phrase, dois-je lui parler de la bagarre ? Ou bien dois-je inventer un mensonge, en disant par exemple que je suis tombé dans les escaliers tout bêtement ou bien que je me suis pris une porte en pleine tronche ? Et puis non ! Je n'ai pas d'explication à lui fournir, il n'est pas mon père ou autres. D'ailleurs, je suis sûr qu'il me prend par pitié même s'il n'ose me le dire et qu'au fond de lui, il se moque du pourquoi, je me retrouve avec un coquard au niveau de l'œil. Cela se trouve, il pense qu'en faisant cela, Dieu le verrait d'un bon œil ou je ne sais quelle autre merde du genre. De toute façon je n'ai pas le temps de finir ma phrase, peux être qu'il a compris que je ne voulais pas lui parler du comment ou du pourquoi, car il me demande :

- Faudrait soigner ces vilaines blessures. Y'a une boite à pharmacie dans la maison ?

- T'inquiète, je peux me soigner de cela tout seul...

En disant cela, j'avais tenté de me relever du lit. Voulant me relever rapidement, pour lui montrer que je n'avais pas besoin de son aide, je sentis soudainement une intense douleur dans tout mon corps, qui n'avait guère apprécié que je me lève brusquement. Je me laisse immédiatement retomber sur mon lit, en grimaçant. Bon, ok, j'ai peut-être besoin d'aide là... Surtout que si je ne soigne pas cela tout de suite, demain la douleur et les blessures seront encore pires. Je tourne mon regard vers Edward, soupirant légèrement. Je n'aime pas demander de l'aide, surtout ainsi...

- Dans la salle de bains au fond du couloir... Juste au-dessus du lavabo, derrière le miroir, tu trouveras tout ce que tu as besoin pour soigner mes blessures...
© 2981 12289 0


bienvenue à Covington
Edward Sparkle
avatar

Voir le profil de l'utilisateur
GÉNÉRAL.Age : 32 ans
Surnom : Ed
Photo d'Identité :
Métier : Vendeur (aide actuellement à l'Eglise)
Cupidon : In love


POUVOIR.
Informations sur le Personnage
Groupe :: Altéré
Camp :: Souhaite rester dans la ville !
Description du Pouvoir : :

MessageSujet: Re: Alcool et Baston ne font pas bon ménage (P.V : Edward Sparkle)   Sam 9 Sep - 17:47


       
Gabriel & Edward // ALCOOL ET BASTON NE FONT PAS BON MÉNAGE
⚜ NOW, TAKE ME HOME ⚜

       



Je me demande ce qu'il pense de moi. Ce qu'il imagine, qui je suis, d'où je viens. Visiblement il ne me voit pas entrain de picoler à une soirée. Et aussi, il fuit, lorsque je parle de douleur, de souffrance. Il joue les durs à cuir, ceux qui n'ont peur de rien, qui envoient foutre en l'air le monde entier et qui agissent comme bon leur semble, avec une pierre à la place du cœur, cherchant simplement à prendre du bon temps. Mais ce n'est pas ce que je lis sur son visage. Je n 'ai jamais été du genre à pouvoir décrire quelqu'un en un coup d’œil. Je ne prétends pas cela. Mais j'ai toujours été plutôt bon en relationnel. Et surtout, j'ai souffert, et j'ai vécu... Et j'ai l'impression que son regard ressemble énormément à celui que j'avais. Quelqu'un d'un peu perdu, qui souffre. Quelqu'un qui est en colère et en veut au monde entier. Quelqu'un qui veut qu'on lui foute la paix et qu'on le laisse faire n'importe quoi de sa vie.

Il tente de s'expliquer, comme s'il avait l'habitude de cacher ce qu'il ressent. Comme je le pensais. Le dur à cuir au cœur tendre. Je sens que j'arrive doucement à le cerner, mais je ne veux pas me berner dans des conclusions trop hâtives. J'ai toujours l'intention de l’apprivoiser, et de le mener à me parler. Il ne semble pas encore prêt à ça, puisqu'il s'arrête avant la fin de sa phrase. Sentant l'embarras le gagner, je demande alors où je peux trouver de quoi le soigner. Il prétend ne pas avoir besoin d'aide avant de se rendre compte qu'il n'avait pas vraiment le choix. Pourquoi ? Pourquoi fuir les autres ainsi ? Culpabilité ? Volonté d'être seul ? Peur ? J'ignore pourquoi je voulais tant le savoir. Comme si j'arrivais à oublier mes propres sentiments pour ne m'occuper que des siens. J'ai envie de l'aider. De me sentir utile, de soulager sa peine. Pourquoi ? Parce que je pense que ça peut rattraper ce que j'ai fait à ma sœur ? Non surement pas... Mais... Peut-être pour me sentir encore utile à quelqu'un. Pour me sentir... Vivant. Tout simplement. Car je suis mort de l'intérieur depuis maintenant un an...

Gabriel se décide alors à me dire où se trouve la trousse de secours. Je me lève du lit et le regarde un instant avant de lui dire

- Tu ne sais rien de moi Gabriel... Et je ne prétends pas te connaitre non plus. Mais je ressens ce genre de choses.

Je n'en dis pas plus. Je ne veux pas le brusquer. Mais je veux qu'il sache que je ne suis pas dupe, et que je suis loin d'être l'enfant de chœur qu'il semble croire que je suis.

Je sors alors de la chambre et me dirige en premier vers la cuisine. Passant par ma chambre, j'enfile un tee shirt et un pantalon de jogging, juste au cas où je tomberais sur le Père Warren. Je descends sans bruit, tout doucement. Je ne tiens pas à réveiller le Père... Je prends quelques jus que je mélange entre eux dans un verre. J'y ajoute un jaune d’œuf et je mélange le tout sans bruit. Je remonte et me dirige vers la chambre, posant le verre sur la table de chevet de Gabriel.

- Si t'as envie de dessouler, tu peux boire ça cul sec.

Je me dirige ensuite vers la salle de bain et fouille dans le placard qu'il m'a indiqué. Je prends du désinfectant, du coton, des bandes et du sparadraps. Je sais pas trop faire ça mais on va se démerder.

Je reviens dans la chambre. Je ramène une chaise vers le lit de Gabriel pour m'assoir face à lui.

- Bon. Ça va pas être une partie de plaisir !

J'imbibe le coton d'alcool et rapproche doucement mon visage du sien pour observer ses blessures. C'est vraiment pas joli... J'attrape délicatement son menton avec mes doigts et tapote le coton sur son arcade sanglante. Peut-être est-ce le moment de lui parler un peu ? Pour lui faire oublier la douleur et peut-être... Parler ? Je tente à nouveau une légère touche d'humour pour plus de légèreté.

- J'espère que la cause en valait la peine ! Car ça doit pas faire du bien...


       
⇜ code by bat'phanie ⇝


bienvenue à Covington
Gabriel Dash
avatar

Voir le profil de l'utilisateur
GÉNÉRAL.Age : 20 ans
Surnom : Gab
Photo d'Identité : Adam Lambert
Métier : Etudiant
Localisation : Surement dans un bar de la ville
Humeur : A envie de jouer au chat et à la souris
Cupidon : ღ Amoureux ღ


POUVOIR.
Informations sur le Personnage
Groupe :: Altéré
Camp :: Souhaite quitter la ville !
Description du Pouvoir : :

MessageSujet: Re: Alcool et Baston ne font pas bon ménage (P.V : Edward Sparkle)   Sam 9 Sep - 18:59

Alcool et Baston ne font pas bon ménageToujours allonger sur mon lit je regard Edward se lever, je me demande vraiment pourquoi il tient tant à m'aider. Je vais maintenant avoir une dette envers lui... Je n'aime pas vraiment cela, j'espère pouvoir lui rendre vite l'appareil, pour m'en débarrasser le plus vite possible. Avant de quitter ma chambre et de partir chercher de quoi soigner mes blessures, mon petit chaton se tourne vers moi et me dit ces quelques mots qui me font sourire, un triste sourire :

- Tu ne sais rien de moi Gabriel... Et je ne prétends pas te connaitre non plus. Mais je ressens ce genre de choses.

- C'est vrai, je ne sais rien de toi... Toi non plus tu ne sais rien de moi, mais quelle importance ? Je sais ce que tout le monde pense de moi...

Je dis cela à voix haute dans le vide, car Edward a déjà quitté ma chambre sûrement pour se diriger vers la salle de bains qui se trouve au fond du couloir. J'ignore pourquoi, mais une larme vient perler sur ma joue droite, comme pour accompagner mes quelques mots partie dans le vide. Je me mets à rire seul, encore... Être bourré à ce point ne me va vraiment pas, mais... "Je ressens ce genre de choses." Sérieusement ? Qu'est que tu peux ressentir putain ? Hein ?! Tu te dis quoi en me voyant ? Que je suis juste un adolescent qui fait sa petite crise passagère ? Que cela va passer, car je suis juste un ado pour le moment et qu'une fois adulte, je regretterais ce passage de ma vie ? Vas-y balance !... En fait, non ! Ne dis rien, je sais déjà tout cela... J'ai entendu des milliers de fois ces phrases que sa soit de la bouche de mon père ou de celle des petits partisans de Dieu. Personne ne pense, ne s'imagine comment je suis arrivé là. Mais putain, ouvrez les yeux, comme moi, je l'ai fait ! J'ai perdu l'homme que j'aimais et j'ai compris que Dieu n'existait pas et que, donc ! Au final, j'avais gâché presque toute ma vie actuelle à prier un homme qui n'existe pas, que j'avais suivi les règles à la lettre alors que cela ne servait à rien ! Vous ne savez pas qui je suis et pourquoi je me bourre la gueule presque tous les soirs et pourquoi je préfère fumer un joint, plutôt que d'aller en cours comme un bon petit chien à sa mémère. Vous ignorez tout de moi ! Tous autant que vous êtes !... Je sens une pointe de colère envahir mon cœur, mélanger avec une douce tristesse passagère.

Je n'ai pas bougé d'un pouce, j'ai essuyé d'un geste vif la larme qui avait osé couler le long de ma joue. Il faut vraiment que je me calme sur la vodka... Cela me rend beaucoup trop émotif... Bon, allé, Gab reprend toi ! Avec un verre ou deux de moins dans ton estomac, tu serais le mec marrant, qui aurait déjà osé embrasser son voisin de chambrer et qui aurait essayé de faire tomber son simple caleçon d'un simple geste de la main. D'ailleurs en parlant du loup voilà qu'il débarque dans ma chambre un verre à la main.


- Si t'as envie de dessouler, tu peux boire ça cul sec.

Quoi ?! Je me relève doucement, suivant du regard mon petit chaton qui repart, avant de poser mes yeux sur le verre qu'il venait de m'apporter. Je l'attrape d'une main hésitante, l'apportant à mon nez pour renifler l'odeur. Je le repose vivement sentant l'envie de vomir m'envahir. Il y a quelques secondes, j'aurais peut-être été ok pour dessoûler, mais ce verre ne me dit rien de bon à part me faire retourner dans les toilettes, la tête au-dessus des WC. Et puis peut-être qu'il a glissé une connerie dedans... Bon ok, là, je commence à devenir parano, mais bon, j'essaye juste de me convaincre que boire sa mixture bizarre ne va m'apporter que des ennuis. Tiens voilà que mon beau barman revient, alors que je suis toujours en train de me demander si je dois boire cette boisson étrange ou non. Il prend une chaise et là met justement devant moi. Il s'assoit face à moi, quant à moi, je fais de mon mieux pour rester bien assis sur mon lit, bougeant le moins possible.

- Bon. Ça va pas être une partie de plaisir !

Mes yeux le balai rapidement de haute en bas et je luis dis un sourire malicieux aux lèvres :

- Ça aurait été vraiment un plaisir si tu avais enfilé une tenue de médecin sexy ou si encore, tu étais resté juste habiller avec ton caleçon.

Cette fois, je ne fais pas la même erreur que la dernière fois, je ne me mords pas les lèvres ! Je me comptant juste d'admirer mon beau chaton, avec un sourire et un regard plein de sous-entendu. Mon regard change quelque peu quand je vois Ed mettre un peu d'alcool sur un coton, je sens déjà les picotements d'ici. Finalement, j'aurais préféré qu'il m'apporte un verre de vodka plutôt que sa mixture bizarre. Un léger frisson m'envahit quand Edward relève mon menton du bout de ses doigts. Je suis cruellement en manque de contact physique, je le sens... Je me mets à scruter chaque parcelle de son visage, espérant me souvenir de tout cela à mon réveil demain. J'essaye de me concentrer sur ses yeux, ses lèvres, son nez, etc... Pour que mon esprit se concentre moins sur la douleur sentant le coton imbiber toucher mes blessures. Mais bon je ne peux pas m'empêcher quelques grimaces à certains moments.

- J'espère que la cause en valait la peine ! Car ça doit pas faire du bien...

Je relève légère un sourcil, un peu étonné par ses paroles. Un sourire finit par se dessiner sur mon visage. Monsieur essaye de faire de l'humour ou bien cherche-t-il a savoir comment je me suis fait cela ? En tout cas, il a bien compris que je ne me suis pas fait cela tout seul. Bon et puis aller qu'est que j'ai à perdre ? J'ai tout le temps pour me rattraper plus tard et pour l'emmener dans mon lit. Alors, jouons cartes sur table, mais pas en finesse bien sûr...

- Deux mecs m'ont insulté, je n'ai pas aimé donc je les ai frappé et ils m'ont rendu l'appareil.

De brèves images de la scène défilent dans ma tête, je me souviens vaguement de ma colère et des mots que j'ai balancés dans leurs gueules. Pour changer un peu de sujet et espérant qu'il ne pose pas trop de questions sur la bagarre en question, je tourne légèrement mon regard vers la boisson qu'il m'a apporté précédemment.

- Y a quoi dedans ? J'ai l'impression que je vais vomir direct si je bois une seule gorgée de ton étrange mixture. Et puis ?...

Mon regard se pose immédiatement dans le sien, cherchant une réponse à ma prochaine question.

- Qu'est qui te fait dire que je veux dessoûler ? Peut-être que je me sens bien ainsi, légèrement bourrer, l'esprit brouillé, oubliant tous les tracas de la vie et pouvant ainsi me laisser aller plus facilement.
© 2981 12289 0


bienvenue à Covington
Edward Sparkle
avatar

Voir le profil de l'utilisateur
GÉNÉRAL.Age : 32 ans
Surnom : Ed
Photo d'Identité :
Métier : Vendeur (aide actuellement à l'Eglise)
Cupidon : In love


POUVOIR.
Informations sur le Personnage
Groupe :: Altéré
Camp :: Souhaite rester dans la ville !
Description du Pouvoir : :

MessageSujet: Re: Alcool et Baston ne font pas bon ménage (P.V : Edward Sparkle)   Dim 10 Sep - 11:32


       
Gabriel & Edward // ALCOOL ET BASTON NE FONT PAS BON MÉNAGE
⚜ NOW, TAKE ME HOME ⚜

       



Je sais qu'il est ivre, qu'il ne contrôle pas forcément ce qui sort de sa bouche... Mais souvent ça reflète tout de même ce que l'on ressent... Pourquoi chaton ? Y-a-t-il vraiment un sens à ça ? Ou est-ce juste de la provoc ? Me voit-il comme quelqu'un de faible et "gentil" ? Faut que j'arrête d'essayer d'analyser ses moindre faits et gestes. C'est juste un ado qui fait sa crise... Ou pas. Je ressens tellement plus que ça en le regardant... Est ce que je me fais des films ? Je ressens tellement de souffrance... Mais je suis pas psy ou je sais quoi d'autre encore. Je suis qu'un putain de vendeur. Alors pourquoi je cherche forcément à interpréter ce qu'il ressent, ce qu'il se passe dans sa tête ? Je devrais me contenter de le soigner puis retourner me coucher et le laisser tranquille. C'est pas parce qu'il m'est arrivé quelque chose qui m'a détruit, que je dois imaginer la même chose chez tout le monde. Je veux pas devenir lourd et agir de façon stupide. Peut-être a-t-il simplement besoin de liberté et qu'on lui foute la paix ? Après tout, avoir un prêtre comme père ne doit pas être simple à vivre. Peut-être rêve-t-il simplement de liberté...

Tout se bouscule dans ma tête alors que je récupère de quoi soigner mon voisin de chambre. Pourquoi est-ce que tout ça me prend autant la tête ? Est-ce le besoin de me rendre utile qui me rend si chiant et borné ? Faut vraiment que j'arrête ! Faut que j'apprenne à me détendre et à me mêler de ce qui me regarde. Mais ça n'a jamais été dans mes habitudes... De ne pas me mêler des affaires des autres. C'est plus fort que moi.

Je retourne donc dans la chambre du jeune Gab et tente d'arrêter de me prendre la tête. Pourtant... J'ai quand même envie de le faire parler. Occupe toi de ce qui te regarde Ed...

Je préviens mon voisin que les soins risquent de pas être une partie de plaisir. Mais le jeune homme a de la répartie et... Je dois avouer que j'ai un temps d'arrêt. Trop de coïncidence pour être du uniquement à l'alcool. Est ce qu'il me drague vraiment ? Est-t-il... De ce bord là ? Mais moi non. Et... J'avoue que je suis pas à l'aise du tout là... Je me contente de ne pas répondre, de faire comme si j'avais pas entendu, mais on peut voir que je ne suis pas très à l'aise. Aller Ed, t'as rien entendu...

J'imbibe le coton d'alcool et commence à le soigner. Le fait que nos deux visages soient si proches l'un de l'autre me perturbe maintenant... Pas que j'ai peur ou quoi mais... J'en sais rien merde. Il me perturbe. Je me sens... Horriblement gêné. J'essaye de pas le montrer... Et je décide de prendre un ton ironique pour tenter de le faire parler, et de me changer les idées, tout en essayant d'en apprendre plus sur lui.

Et il parle. J'en suis content et me détend. Il commence à me faire confiance. Très légèrement. C'est un début. Cette histoire de drague ne m'a pas dissuadé de vouloir l'apprivoiser. Il m'a l'air si fragile au fond... Je suis curieux de savoir quelles genre d'insultes il a reçu. Mais je crois que poser des questions serait de trop pour aujourd'hui. Il change immédiatement de sujet.

C'est vrai qu'en entrant dans la chambre, j'ai remarqué qu'il n'avait pas bu la mixture. Mais comment lui en vouloir ? Ce truc a un goût infâme. Je l'écoute alors parler de la mixture et de son état. Je ne dis pas un mot pour commencer. Je le laisse parler et j'écoute, tout en le soignant. Mais soudain son regard se dépose dans le mien. Troublant... Perturbant. Je ne peux m'empêcher de le regarder. Un regard qui semble... Si profond.

- Qu'est qui te fait dire que je veux dessoûler ? Peut-être que je me sens bien ainsi, légèrement bourrer, l'esprit brouillé, oubliant tous les tracas de la vie et pouvant ainsi me laisser aller plus facilement.

J'affiche un léger sourire triste.

- J'en sais rien. Mais je sais que ce n'est pas une solution, de rester dans cet état.

Je termine en silence de soigner son visage, puis me recule doucement.

- Je crois que c'est bon. D'autres blessures à déclarer ?



       
⇜ code by bat'phanie ⇝


bienvenue à Covington
Gabriel Dash
avatar

Voir le profil de l'utilisateur
GÉNÉRAL.Age : 20 ans
Surnom : Gab
Photo d'Identité : Adam Lambert
Métier : Etudiant
Localisation : Surement dans un bar de la ville
Humeur : A envie de jouer au chat et à la souris
Cupidon : ღ Amoureux ღ


POUVOIR.
Informations sur le Personnage
Groupe :: Altéré
Camp :: Souhaite quitter la ville !
Description du Pouvoir : :

MessageSujet: Re: Alcool et Baston ne font pas bon ménage (P.V : Edward Sparkle)   Dim 10 Sep - 13:43

Alcool et Baston ne font pas bon ménageMon regard est ancré dans le siens, nous sommes si proches l'un de l'autre que j'arrive à sentir son souffle sur mon visage. Si j'avais bu un verre de plus ou bien de moins, mes lèvres serraient déjà coller sur les siennes et mes mains seraient déjà en train de balader sur son corps. Mais les choses sont bien différentes, même si je meurs d'envie de me jeter sur lui, je n'ai pas la force de le faire, ni le courage. De plus, je sais qu'à cause des quelques hématomes présents sur mon corps, je n'arriverais à apprécier l'acte avec Edward. D'ailleurs, je ne veux pas précipiter les choses, j'ai envie de jouer avec mon petit chaton, je veux l'attirer dans ma toile. Bien sûr, on verra cela un autre jour, demain par exemple, car là vu mon état actuel, c'est peine perdue d'avance pour ce soir. Mais... Je ne vais pas quand même pas m'empêcher de sortir deux, trois phrases en mode dragueur, juste pour voir sa réaction. Il faut bien que je commence à tâter le terrain doucement, mais sûrement...

Pour le moment, je viens de poser une question à mon petit chaton. Je lui demande ce qu'il lui fait penser que je souhaite dessoûler. Après tout, il venait juste de m'apporter une étrange mixture express pour que je dessoûle.


- J'en sais rien. Mais je sais que ce n'est pas une solution, de rester dans cet état.

C'est sûr que ce n'est pas une raison de rester ainsi... Mais est-ce que c'est mieux d'être sobre et de souffrir en silence ? Alors oui peut-être que je vomis à cause de l'alcool et que je bats, mais tout cela n'est qu'une douleur infime comparer à celle d'être sobre et d'avoir le souvenir d'Andrew présent à cent pour cent dans ma tête. Alors, je ne réponds rien à ce qu'il vient de dire, je me contente d'esquisser un sourire défensif. Edward continue de me soigner silencieusement. Une fois terminé, il s'écarte légèrement de moi.

- Je crois que c'est bon. D'autres blessures à déclarer ?

Oh oui de nombreuses blessures autant physiques que mentales... Mais la plupart ne sont pas soignables, surtout celle mentale... Je soupire légèrement, réfléchissant quelques instants. J'hésite à lui parler des hématomes présents sur mon corps, pas que j'ai honte de mettre torse nu face à lui bien au contraire. Mais je ne veux surtout pas qu'il voie mon dos ! Ce dos martyrisé, ayant de nombreuses marques de coup de cravache causée par mon père. Il faut dire que c'est la partie de mon corps que je déteste le plus. Je ne veux pas qu'Edward voie ses cicatrices, je ne veux que personne ne les voit. Vous vous demandez sans doute comment je fais pendant l'acte sexuel. La réponse est simple, soit je garde un tee-shirt, soit je suis allongé sur le dos. En tout cas, je fais tout pour que personne ne voie cela. Et pour le moment j'ai toujours réussi à garder cette partie secrète aux yeux de tous.

Je baisse la tête vers le sol de ma chambre, car même si je n'ai pas envie de lui parler de mes hématomes, il faut que je retire ma veste en cuir et ça, je ne pourrais le faire seul. Et puis peut-être que ce que je pense être de simples hématomes sont au final des blessures plus graves qui mérite de recevoir des soins. Je relève enfin les yeux vers mon voisin de chambrer, calant mes yeux dans les siens et dis avec un peu de difficulté.


- Je... Je crois que j'ai quelques hématomes sur le torse à cause de la baston...

Je prends une grande inspiration et continue à parler :

- Mais je pense que ça peut attendre demain... Il faudra juste que tu m'aides à retirer ma veste, je sens que je ne pourrai pas y arriver tout seul...

Oui, je veux bien qu'il m'aide à retirer ma veste en cuir, mais cela ne va plus loin ! Bon... Ok, s'il veut voir les fameux hématomes, je le laisserais faire, mais en aucun cas je le laisserai toucher ou voir mon dos. Il en est hors de question ! Plutôt crevé !
© 2981 12289 0


bienvenue à Covington
Edward Sparkle
avatar

Voir le profil de l'utilisateur
GÉNÉRAL.Age : 32 ans
Surnom : Ed
Photo d'Identité :
Métier : Vendeur (aide actuellement à l'Eglise)
Cupidon : In love


POUVOIR.
Informations sur le Personnage
Groupe :: Altéré
Camp :: Souhaite rester dans la ville !
Description du Pouvoir : :

MessageSujet: Re: Alcool et Baston ne font pas bon ménage (P.V : Edward Sparkle)   Dim 10 Sep - 21:46


       
Gabriel & Edward // ALCOOL ET BASTON NE FONT PAS BON MÉNAGE
⚜ NOW, TAKE ME HOME ⚜

       



J'essaye de me détendre, d'oublier ses provocations plutôt flatteuses, mais gênantes. Je me concentre sur ses blessures, et termine de les soigner du mieux que je peux. Alors que l'on termine, je lui demande s'il a d'autres blessures. Il me dit que oui mais que ça peut attendre demain. J'en doute.

- Vaut mieux te soigner maintenant. Si ça s'infecte tu vas regretter d'avoir attendu.

Je passe derrière lui et lui retire délicatement sa veste comme il me l'a demandé. Ça semble être une sacrée épreuve pour lui, de demander de l'aide. Comme s'il en allait de sa fierté ou bien de tout autre chose... J'en sais rien. Mais il n'est pas du tout à l'aise. Je dépose sa veste sur le dossier de la chaise où j'étais précédemment assis.

- Aller, ça ira vite. Tu iras mieux demain si on soigne ça ce soir.

Je le regarde retirer son tee shirt. Heureusement que je ne pense plus à ses provocations. Je pense uniquement à ses blessures. Et il en a pas mal. Surtout des bleus, mais aussi quelques plaies. Ils n'y sont pas aller de main morte... J'ai l'air un peu inquiet. Et je le suis. Ça aurait pu finir encore plus mal. Et s'ils le retrouvent ? S'ils recommencent ?

- Heureusement qu'on soigne ça ce soir... C'est pas joli... Ils n'y sont pas allés de main morte...

J'imbibe une nouvelle fois un coton d'alcool, puis le passe sur une blessure, sur le torse de Gabriel, tandis qu'il est allongé sur le dos. J'essaye d'être le plus délicat possible. Un souvenir me revient à l'esprit... Celui de ma sœur qui était tombée. Je soignais son genou de la même manière... Je ferme les yeux très fort un court instant, comme pour chasser cette image de mon esprit. Je ne veux pas y penser... Pas maintenant... Je ne veux pas craquer devant Gabriel...

Je finis de soigner ses blessures avant de demander

- Tu en as au niveau du dos ? Des jambes ?

Sur les bras, il n'a que des bleus. De gros bleus certes, mais ça je peux rien n'y faire. Une fois que j'aurai terminé de le soigner je pense qu'il ira mieux. Du moins physiquement. Je ne sais pas pourquoi je ressens ce pincement au cœur à l'idée qu'il aille mal, aussi bien physiquement que mentalement. Mais je ne me sens pas bien...



       
⇜ code by bat'phanie ⇝


bienvenue à Covington
Gabriel Dash
avatar

Voir le profil de l'utilisateur
GÉNÉRAL.Age : 20 ans
Surnom : Gab
Photo d'Identité : Adam Lambert
Métier : Etudiant
Localisation : Surement dans un bar de la ville
Humeur : A envie de jouer au chat et à la souris
Cupidon : ღ Amoureux ღ


POUVOIR.
Informations sur le Personnage
Groupe :: Altéré
Camp :: Souhaite quitter la ville !
Description du Pouvoir : :

MessageSujet: Re: Alcool et Baston ne font pas bon ménage (P.V : Edward Sparkle)   Dim 10 Sep - 23:09

Alcool et Baston ne font pas bon ménageOui, je l'avoue, j'ai mal à mon ego en lui demandant de l'aide et j'espère vraiment que je ne me souviendrais pas cette partie demain. Mais... D'un côté, j'ai le devoir de m'en souvenir, car maintenant j'ai une dette envers lui. Si je n'avais pas soigné ces vilaines blessures à mon visage, elles se seraient sans doute infectées et peut-être, elles auraient été plus moches encore demain à mon réveil. J'ignore pour le moment, comment je peux lui rendre l'appareil... D'un côté, on dit bien que la nuit porte conseil, n'est-ce pas ? Pour le moment, je demande à Edward de m'aider à retirer ma veste en cuir, je dormirais beaucoup mieux sans. Juste avant de lui ai dit que j'avais sûrement des blessures sur le corps, mais que je m'en occuperai demain.

- Vaut mieux te soigner maintenant. Si ça s'infecte tu vas regretter d'avoir attendu.

Je sais, je sais... Je ne réponds rien et je le laisse se mettre derrière moi pour qu'il m'aide à retirer ma veste. Je me retiens pour ne pas gémir de douleur en me mordant un peu fortement ma lèvre inférieure. Je préfère détourner la douleur qui est juste atroce. Ok, ok, j'ai peut-être plus que trois, quatre hématomes. Un soupire de soulagement s'échappe de ma bouche, une fois ma veste retirée.

- Aller, ça ira vite. Tu iras mieux demain si on soigne ça ce soir.

Je le regarde quelques secondes dans les yeux et hésite à l'envoyer balader, uniquement à cause de la peur qui né peu à peu en moi. La peur qu'il découvre les nombreuses cicatrices dans mon dos causé par mon père adoptif. Après quelques moments de réflexion, je finis par retirer mon tee-shirt avec beaucoup de difficulté. Pour être sûr qu'il ne touche pas à mon dos d'une quelconque façon, je m'allonge sur le dos dans mon lit. D'ailleurs ne pensant qu'à mon dos et au fait qu'il pourrait le voir, j'oublie complètement de regarder l'état de mon torse et ainsi voir les nombreuses blessures qui le recouvrent.

- Heureusement qu'on soigne ça ce soir... C'est pas joli... Ils n'y sont pas allés de main morte...

- J'ai l'habitude... Et puis, si tu voyais dans quel état je les ai mis tous les deux ! Je suis sûr qu'ils sont en train de pleurer dans les jupettes de leurs mères...

Je dis cela en rigolant, comme ci, je racontais une bonne vielle blague. Mais mon rire et mon sourire s'éteignent peu à peu quand je remarque le regard inquiet d'Edward. Attendez ! Quoi ?! Il est inquiet pour moi ? Non, non... Ça doit être juste une impression... Nan, mais franchement qui pourrait s'inquiète pour le petit connard que je suis ? Personne, sauf peu être ma meilleure amie, la seule qui me comprenne, la seule qui sait qui je suis vraiment, qui connais mon passé... Mais Edward, ce petit chaton recueilli par mon père adoptif, ne peut pas s'inquiéter pour moi. C'est tout bonnement impossible ! Enfin... Non... Oh et puis merde, je n'ai pas la tête à réfléchir à cela et puis à quoi ça me servirait de me prendre la tête de la sorte ? Je compte toujours le mettre dans mon lit et puis basta !

Je laisse mon voisin de chambre me soigner, grimaçant de nouveau en sentant le coton imbibé d'alcool touché mes nombreuses blessures sur le torse. C'est ainsi que je remarque le nombre de blessures que ces petits cons m'ont fait. Si je les retrouve ces deux-là ! Tiens... Edward vient de fermer les yeux, un court las de temps, mais assez pour que je puisse le remarquer. À quoi pense-t-il me soignant ?... Sans m'en rendre réellement compte un doux "Désoler" s'échappe d'entre mes lèvres. De quoi suis-je désolé ? Je ne sais pas vraiment, mais j'ai l'air de le rendre triste ou je ne sais quoi d'autre et une partie de moi s'en veut. Il finit de soigner mes blessures, en silence avant de me demander quelque chose qui me glace le sang.


- Tu en as au niveau du dos ? Des jambes ?

Je sens mon sang ne faire qu'un tour. Mais je me reprends rapidement et décide de détourner quelque peu l'attention sur les soi-disant blessures présentent sur mon dos, en lui disant :

- Tu comptes me déshabiller entièrement ? Tu sais, je ne suis pas du genre à coucher le premier soir...

Je rigole bien entendu en disant cela, pour pas qu'il prenne cela sérieusement.

- Ne t'en fais pas petit chaton, je pense que le reste de mon corps va bien. Je suis toujours resté de face et ils n'ont pas touché à mes jambes.

En tout cas, mon esprit d'alcoolique ne s'en souvient pas. Je me relève avec beaucoup de difficulté, attrape mon petit chaton par le menton d'une main et viens déposer un baiser sur sa joue droite.

- Merci...

Je viens ancrer mon visage dans le siens quelques instants. Nos visages sont proches l'un de l'autre et ma main se trouve toujours sous son menton. Puis après avoir essayé de le perturber avec ce délicat baissé, je me laisser tomber sur mon lit, toujours en, continuant de le regarder avec un énorme sourire aux lèvres.

- Sérieusement, tu ne veux pas dormir avec moi cette nuit ? J'aime pas dormir seul !...
© 2981 12289 0


bienvenue à Covington
Edward Sparkle
avatar

Voir le profil de l'utilisateur
GÉNÉRAL.Age : 32 ans
Surnom : Ed
Photo d'Identité :
Métier : Vendeur (aide actuellement à l'Eglise)
Cupidon : In love


POUVOIR.
Informations sur le Personnage
Groupe :: Altéré
Camp :: Souhaite rester dans la ville !
Description du Pouvoir : :

MessageSujet: Re: Alcool et Baston ne font pas bon ménage (P.V : Edward Sparkle)   Dim 10 Sep - 23:34


       
Gabriel & Edward // ALCOOL ET BASTON NE FONT PAS BON MÉNAGE
⚜ NOW, TAKE ME HOME ⚜

       



Ses paroles, bien que se voulant drôles, ne me rassurent pas. Il a l'habitude ? J'espère que ce n'est qu'une façon de parler. Je tente cependant de me détendre, de respirer, d'arrêter de m'inquiéter. C'est fou quand même, je ne le connais même pas. Mais j'ai la sensation de m'attacher à lui... Je tente tout de même de détendre l'atmosphère et d'entrer dans son jeu, répondant sur le ton de la plaisanterie

- N'en prends pas trop l'habitude, je serai pas toujours là pour te soigner.

Ou peut-être que si... Surement que si. Alors que je le soigne et que ma vision vient perturber mon esprit, j'entends Gabriel souffler un "désolé". Il a du remarquer qu'un truc clochait... Je m'en veux un peu. Mais je ne réagis pas. La politique de l'autruche vous connaissez ? J'ai rien vu rien entendu... La tête dans le sable. C'est un peu moi, ce soir...

Je finis de soigner son torse et lui demande s'il a des blessures ailleurs. Il sort une nouvelle blague dragueuse mais cette fois, rit de bon cœur. Alors un sourire amusé s'affiche sur mon visage. Je suis moins gêné qu'auparavant. Je trouve ça beau, de le voir rire. C'est assez rare.

Il me dit qu'il pense que le reste de son corps va bien. Je ne vais pas insister d'avantage et jouer les relou de service... Il sait que je suis là s'il a besoin de moi, même s'il n'aime pas demander de l'aide. Je le lâcherai pas. Tant pis pour lui c'est trop tard. Mais pour ce soir, je vais le laisser tranquille, respirer un peu, et se reposer. Il en a besoin.

Mais soudain, je sens ses doigts attraper mon menton. Je me fige, je ne bouge plus. Je suis comme tétanisé. Que cherche-t-il à faire ? Et pourquoi je le rejette pas ? J'en sais rien. J'ai l'impression d'être paralysé. Je sens ses lèvres déposer un baiser sur ma joue, et mes deux joues devenir toutes chaudes et certainement bien rouge. Mais qu'est ce qu'il cherche à faire ?? Je sens son visage tout près du mien, son souffle dans mon cou. J'en frissonne. Et étrangement c'est... Pas désagréable. Je crois que c'est ça, qui me dérange le plus.

Il se remet dans son lit, sourire aux lèvres, fier de lui. Moi je suis assis sur ma chaise, perturbé, mal à l'aise.

- Sérieusement, tu ne veux pas dormir avec moi cette nuit ? J'aime pas dormir seul !...

- Je... Nan... Désolé.

Je sors rapidement de sa chambre pour rejoindre la mienne et me laisser tomber sur mon lit, allongé sur le dos. Je fixe le plafond, le souffle court. Qu'est ce qui m'arrive ? J'ai... J'ai apprécié ce qu'il faisait. Pourtant je suis pas... Non je suis pas de ce bord là je l'ai jamais été ! Et c'est un gamin en plus ! Merde !

Je me tourne vivement dans mon lit, allongé sur le ventre, ma tête enfouie dans mon oreiller. Cette nuit ne va décidément pas être de tout repos...


       
⇜ code by bat'phanie ⇝


bienvenue à Covington
Gabriel Dash
avatar

Voir le profil de l'utilisateur
GÉNÉRAL.Age : 20 ans
Surnom : Gab
Photo d'Identité : Adam Lambert
Métier : Etudiant
Localisation : Surement dans un bar de la ville
Humeur : A envie de jouer au chat et à la souris
Cupidon : ღ Amoureux ღ


POUVOIR.
Informations sur le Personnage
Groupe :: Altéré
Camp :: Souhaite quitter la ville !
Description du Pouvoir : :

MessageSujet: Re: Alcool et Baston ne font pas bon ménage (P.V : Edward Sparkle)   Lun 11 Sep - 0:11

Alcool et Baston ne font pas bon ménageJ'ai un énorme sourire sur les lèvres, je ne peux clairement pas m'empêcher. Nan, mais regardez le aussi ! Mon petit chaton semble perturber par ce simple baiser que je viens de lui offrir sur sa petite joue. Sérieusement, j'arrive à le faire rougir avec cela ? Oh, je sens que je vais bien m'amuser en lui courant après et en jouant au chat et à la souris. Il ne sait pas ce qu'il attend, la suite risque d'être encore plus marrant. Mon esprit pervers rigole déjà, bien au fond de mon âme. Et pour bien conclure la soirée, je demande à mon voisin de chambre de dormir avec moi, car je n'aime pas dormir seul. Ce qui est assez vrai au final... C'est peut-être dû au fait que depuis la mort d'Andrew, je passe mon temps à droite, à gauche, couchant avec n'importe quel homme qui passe devant moi, restant dormir à leurs côtés après les avoir faits grimper au rideau pour combler un semblant de solitude dans mon cœur... Bref, le moment n'est pas venu de pleurer sur mon sort, mais plutôt d'écouter la réponse de mon petit chaton qui rougit un tout petit peu à cause de moi.

- Je... Nan... Désolé.

Je regarde Edward détaler comme un lapin hors de ma chambre pour sûrement rejoindre la sienne. Je me mets à éclater de rire en entendant la porte de sa chambre se refermer. Nan, mais sérieusement vous l'avez bien vue ? Il est vraiment top mignon. Je suis vraiment très fier de moi, j'ai réussi à le perturber et cela me réjoui tellement. J'en viens presque à apprécier le fait de m'être fait casser la gueule quelques heures plus tôt. Après tout si je n'avais pas bu autant à cette soirée et si je n'avais pas croisé deux petits cons d'homophobes, jamais je n'aurais réveillé Edward et jamais il ne serait venu jouer les médecins improvisés. C'est décider ! Mesdames et Monsieur, je vous présente Edward Sparkle ma prochaine proie officielle. Je fais le serment que d'ici les jours qui suivent, je scellerais mes lèvres sur les siennes et je ferais en sorte qu'il me supplie de le prendre ou qu'il me prenne... Je ne sais pas encore, les deux positions m'excitent énormément, particulièrement avec lui. D'habitude, je suis plutôt dominant, mais pour lui, je suis prêt à échanger nos positions s'il me le demande. Je ferme doucement les yeux et laisse le sommeil me gagner peu à peu. J'ai le sourire aux lèvres en m'endormant, la soirée ne pouvait pas mieux se terminer. Et demain s'annonce être une journée plus que magnifique, car je compte commencer à mettre mon plan à exécution dès demain.
© 2981 12289 0

RP TERMINER


bienvenue à Covington
Contenu sponsorisé

GÉNÉRAL.
POUVOIR.

MessageSujet: Re: Alcool et Baston ne font pas bon ménage (P.V : Edward Sparkle)   

 

Alcool et Baston ne font pas bon ménage (P.V : Edward Sparkle)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» L'eau et l'electricité ne font pas bon ménage
» Deux femmes ne font jamais bon ménage [Terminé][+18 ans]
» Les chiens et les chats ne font pas bon ménage [Ft. Baldryck ♥]
» Ils font chier ces N... . Débarassons-nous en !
» Que font les autorités haitiennes ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Covington Mystery :: ❀ Coin détente ❀ :: Les Archives du Forum :: Rp Terminés-