Vous êtes pris au piège dans la ville de Covington.
Ville pleine de magie et de mystère.
Quel sera votre camp ?

Partagez | .
 

 Interférence - Gabriel Dash

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
bienvenue à Covington
Invité
avatar
Invité

GÉNÉRAL.
POUVOIR.

MessageSujet: Interférence - Gabriel Dash    Dim 29 Oct - 2:10



Interférences
" Nous vivons sur une île de placide ignorance, au sein des noirs océans de l'infini, et nous n'avons pas été destinés à de longs voyages. "


Plus le temps suit sa ligne, plus je me persuade d'une chose ; il faut cesser d'imaginer. Se débarrasser de cette sale habitude qu'on a, que j'ai, de vouloir tout savoir, quitte à créer, fabuler. J'ai toujours fait ça, depuis ma plus tendre enfance dès que je croise quelqu'un dans le métro ou ailleurs, je l'observe, le détail sous tous ses angles et hypothèse sa vie ; est-il sorti faire des courses ? Se rends-t-il à son travail ? Est-ce qu'il se balade ? Plusieurs choix et voilà qu'en quelques secondes je me suis perdu dans une hypothétique balade d'un inconnu, dans une entreprise inventée de toute pièce ou une liste de course qui ressemble plus à la mienne qu'à celle d'un vieux quinquagénaire. Le pire dans tout ça, c'est qu'aucune de ces possibilités ne me donne envie, qu'importe leurs vraisemblances. Elles m'ennuient.

Avant, pourtant, elles avaient l'avantage de me passer le temps mais depuis le dôme, j'ai l'impression d'avoir croisé tous ces gens un milliers de fois, tout aussi inconnus qu'ils soient. C'est pas comme si il y avait possibilités d'arrivage de nouvelles têtes de toute façon. Et puis à quoi bon ? Dès que mon cerveau tente une nouvelle approche de leurs vies, c'est celle d'un poisson en bocal qui ressort systématiquement. On est tous bloqués là, indéfiniment, sans possibilités d'en sortir, sans rêve. Il faut que je cesse d'imaginer avant que moi aussi, je tourne en ronds.

Comme si je pouvais encore espérer que ça ne soit pas déjà le cas alors qu'aujourd'hui même, je suis dans une routine qui s'est installée d'elle-même. Je suis assis là, à regarder l'herbe et à me balancer lentement, parce que comme tous les mardis matins, je suis au parc. Ce vieux truc qui tient encore debout, même après m'avoir supporter toute mon enfance, et qui supportent aujourd'hui d'autres bambins, même si pour l'instant, je suis encore seul. Je me pointe ici très tôt, parce que personne n'a la force de se lever en même temps que le soleil, encore moins les mioches.

Les seuls âmes qui passent n'ont pas encore connu le repos qu'apporte la vieille Morphée et c'est certainement la seule chose que nous avons de commun. Faut dire que j'ai des insomnies ces derniers-temps, des cauchemars qui persistent sur des peurs qui ne me semblaient pas être les miennes jusqu'à lors. Je crois que je deviens fou, petit à petit. Faudrait que j'arrête de traîner dans mes pensées et que j'aille voir ailleurs si j'y suis.

Un échappatoire, au fond, c'est tout ce que je demande.

© 2981 12289 0
bienvenue à Covington
Gabriel Dash
avatar

Voir le profil de l'utilisateur
GÉNÉRAL.Age : 20 ans
Surnom : Gab
Photo d'Identité : Adam Lambert
Métier : Etudiant
Localisation : Surement dans un bar de la ville
Humeur : A envie de jouer au chat et à la souris
Cupidon : ღ Amoureux ღ


POUVOIR.
Informations sur le Personnage
Groupe :: Altéré
Camp :: Souhaite quitter la ville !
Description du Pouvoir : :

MessageSujet: Re: Interférence - Gabriel Dash    Mar 31 Oct - 16:37








J'ignore quelle heure il est... J'ignore également depuis combien de temps, je marche comme une âme en peine dans les rues de la ville, sans but. Il doit être sûrement très tôt vue que le soleil venait à peine de pointer le bout de son nez, éclairant peu à peu mes pas. Les mains plongées dans les poches de ma veste en simili cuir, la tête baissée, je marche encore et encore cherchant à calmer mon ami qui m'accompagne. Il est toujours là, sur mon dos, qu'importe l'heure de la journée ou de la nuit, il ne me laisse jamais, vraiment... Jamais... Solitude depuis combien de temps me suis tu et depuis combien de temps hante tu mes pensées ? Je ne te supporte plus solitude, j'ai essayé de te chasser en allant chez ma meilleure amie, Chloe, mais en escaladant jusqu'à sa fenêtre, je l'avais trouvé endormi. Elle dormait si paisiblement que je n'ai pas osé la réveiller. Si elle savait cela, elle me tuerait sûrement, mais pour une fois qu'elle dort sans faire d'horribles cauchemars, je me devais de la laisser dormir. J'étais donc allé après, naturellement, chez Adam, mon sexe-friend, mais je me souvenu en approchant de chez lui que c'était l'anniversaire de sa mère. Alors j'ai fait demi-tour et j'ai continué à marcher encore et toujours. Plus je marchais, plus je montais la musique de mon MP3, comme cherchant à ne plus entendre ces petites voix dans ma tête qui me disait à quel point j'étais seul, maintenant qu'Andrew n'était plus de ce monde... J'avais tellement monté le volume de la musique, que cette dernière ressortait de mon casque posé machinalement sur ma tête. N'importe quelle personne passant à moins de deux mètres de moi, pouvait sans mal entendre la musique que j'étais en train d'écouter, même si à cette heure-ci, je ne croisai personne, pas même un chat.

Je marche sans regarder ou je vais, ce n'est qu'aucun bout de quelques minutes que je me rends compte que je me dirige droit vers le parc. Je n'y étais allé que quelques fois durant mon enfance. Il faut dire qu'enfant, j'avais beaucoup de mal à communiquer avec les autres, c'était plus facile pour moi de parler avec Dieu, enfin... Le passé, c'est du passé comme on dit, non ? Tiens, je distingue une silhouette au loin, on dirait que quelqu'un est assis sur l'une des balançoires. Je m'avance doucement vers lui, baissant la musique de mon MP3. Arrivé à sa hauteur, il lève les yeux vers moi, je lui sourit gentiment, tout en retirant mon casque que je laisse tomber autour de mon cou, laissant la musique s'échapper très légèrement.


- Je peu m'asseoir ? Lui demandais-je en montrant du doigt la balançoire à coter de lui.

Une fois qu'il répondit à ma question, je m'installai sur la balançoire, juste à côté de lui. Je ne peu m'empêcher de le détailler du regard, il est drôlement mignon, je dois l'avouer. Peut-être qu'il pourra m'aider à chasser cette solitude présente dans mon cœur et dans mon âme.


- Tu es plutôt d'humeur matinal ou tout comme moi, tu ne trouves pas le sommeil et tu a décider de te promener dans le parc ? Lui demandais-je en souriant.

Codage par Libella sur Graphiorum



bienvenue à Covington
Invité
avatar
Invité

GÉNÉRAL.
POUVOIR.

MessageSujet: Re: Interférence - Gabriel Dash    Jeu 2 Nov - 4:02



Interférences
" Nous vivons sur une île de placide ignorance, au sein des noirs océans de l'infini, et nous n'avons pas été destinés à de longs voyages. "



Je me balance timidement sur la balançoire depuis je ne saurais combien de temps, à vrai dire c'est déjà à peine si je bouge, comme si le vent était la véritable cause de mes légers basculements. Ces derniers reflètent bien mon état d'esprit et la volonté qui m'habite ; l'inexistence de quoi que ce soit, ma maigre motivation aspirée dans un gouffre sans fonds dont les miasmes remontent jusqu'à mes narines, s'assurant que jamais je ne ferme l’œil. Je ne cherche même pas à me stimulé outre mesure, tout ce que j'espère c'est que tout ça passe, trépasse. Je n'ai ni envie, ni pas envie, je me complais dans une existence pure, en prenant une toute autre conscience de ce qui m'entoure.

C'est alors qu'une perturbation se fait ressentir : l'approche d'un être inattendu. Mon regard cesse d'admirer le vide pour se poser sur lui, dévisageant de sa pointe de pieds jusqu'à ses épis incontrôlés. Après quoi je puis affirmer avec assurance que non, je ne connais pas cet homme, mais visiblement, lui, a envie que nous fassions connaissance. Je fixe ses yeux et je me dis pourquoi pas. De toute façon je ne cherche qu'à tuer le temps et face à cet adversaire coriace, mieux vaut parfois être deux.

Je ne répondis pas oralement à sa première question, sachant pertinemment qu'un acquiescement de tête suffisait à me faire comprendre. Je n'avais de toute façon pas vraiment le droit de lui interdire de s'asseoir dans un parc public, mais comprenait la tentative de politesse de l'inconnu.

"Je ne me promène pas. Je me balance, vaguement, j'attends. Comme tout le monde en fait."

J'étais pas quelqu'un de très causant, malheureusement, ce n'était pas quelque chose qui me venait naturellement. L'aisance de parole que certains avait était une réelle épreuve pour moi, que répondre et quand ? Et si ça ne m'intéresse pas ? Est-ce grave ? Rien que d'ouvrir la bouche pour sortir ces syllabes m'avaient demander quelques secondes de concentration et d'efforts insoupçonnés, afin de sortir des sons audibles et compréhensifs. Cela faisait des heures que je n'avais pas eu à discuter avec qui que ce soit, j'avais presque déjà oublié l'usage de la parole.

L'usage de la balançoire au contraire lui, cela faisait un petit moment que je m'y exerçais à petite échelle. La venue de cet autre insomniaque avait eut pour point positif de revigorer légèrement mon corps apathique qui soudain prit la peine de se mouvoir assez pour commencer un réel basculement digne d'une vraie balançoire.


© 2981 12289 0
bienvenue à Covington
Gabriel Dash
avatar

Voir le profil de l'utilisateur
GÉNÉRAL.Age : 20 ans
Surnom : Gab
Photo d'Identité : Adam Lambert
Métier : Etudiant
Localisation : Surement dans un bar de la ville
Humeur : A envie de jouer au chat et à la souris
Cupidon : ღ Amoureux ღ


POUVOIR.
Informations sur le Personnage
Groupe :: Altéré
Camp :: Souhaite quitter la ville !
Description du Pouvoir : :

MessageSujet: Re: Interférence - Gabriel Dash    Dim 5 Nov - 17:56








Je l'observe, je le détaille même de la tête au pied, sans essayer d'être discret ou quoi, après tout il n'y a aucun mal a admirer un beau garçon, si ? Il a la peau mate, les cheveux noirs et de très beaux yeux vert clair. Mon regard pourrait se perdre dans le sien, tellement ils sont magnifiques. Niveau vestimentaire... Je ne juge pas les vêtements des autres, mais plutôt de ce que je pourrais trouver juste en dessous, si vous voyez ce que je veux dire. Au début, j'avais pensé juste discuter avec lui histoire de faire passer le temps, mais plus je le regarde, plus je me dis que je pourrais essayer de le draguer histoire de faire passer le temps d'une autre façon. Certain pourrait penser de moi, que je suis un obséder du sexe où je ne sais pas quoi d'autre, alors que non. Oui, c'est vrai que j'aime le faire avec un homme, mais ce moyen cherche juste à me faire oublier la solitude, à passer le temps et surtout, à combler le vide immense qu'avait laisser Andrew en mourant... Depuis sa mort, j'étais toujours à la recherche de contact physique, que sa soit un simple câlin, se tenir la main ou bien plus. Ce n'est pas pour autant que je cherchais un petit ami, car à mes yeux personne ne peu remplacer Andrew, il était le seul que j'ai aimé, le seul que j'aime et le seul que j'aimerais à tout jamais.

Bref, ... Avant de commencer à draguer sec, je me devais de lui poser une question simple histoire de bien commencer la conversation entre nous. Mais sa réponse, me laissa un peu pantois...


- Je ne me promène pas. Je me balance, vaguement, j'attends. Comme tout le monde en fait.

Ha... C'est moi ou il n'est pas très causant ? Peut-être que ma présence le gêne, il préférait sans doute rester seul... Je ne sais pas et je me vois mal lui poser la question directement. Voilà que cela me rend nerveux, je mets à gigoter légèrement sur la balançoire tout en continuant à le regarder.

- Je vois...

Je ne vois pas quoi lui répondre d'autre à ça, il n'y a pas vraiment de réponse à lui donner, je suppose, après tout, il n'a pas posé de question. Je me rends soudainement compte que de la musique émane toujours de mon casque, la musique est faible, mais elle reste tout de même audible à mes oreilles. On y entend un son de guitare, de basse et de batterie, mais aucune voix, aucune parole de chanson. Ce sont les membres de mon groupe qu'on entend jouer, ils ont enregistré cela pour moi, pour que je puisse m'entraîner seul à chanter nos chansons hors de nos répétitions habituelles. Ca me détend énormément d'écouter ces musiques instrumentales. Il m'arrive des fois d'oublier le monde qui m'entoure et de chanter à tue-tête mes chansons, m'évadant de cette ville ainsi, oubliant tous mes problèmes. La drogue et l'alcool m'y aident continuellement, mais la musique est plus forte que tout à mes yeux.

- La musique te gêne ? Lui demandais-je en lui montrant mon casque du bout des doigts.

D'une main, je lui montre mon casque, de l'autre, je me mets à chercher dans les poches de ma veste mon paquet de cigarettes que je finis par trouver rapidement. Je sors une cigarette d'une main habile du paquet que je porte à ma bouche avant de l'allumer. J'écoute sa réponse d'une oreille attentive tout en soufflant ma première bouffée de nicotine dans un soupir presque de soulagement, avant de me rendre de mon politesse à allumer cette cigarette sans lui demander son avis ou autre. Je me mets à regarder ma cigarette un peu gêner avant de lui dire avec un doux sourire :


- Désoler, je ne t'ai pas demandé si la fumée ne te gênait pas ou peut être que tu en veux une ? Au fait, je ne me suis pas présenté, je m'appelle Gabriel et toi mon m.i.g.n.o.n ?

Est ce que je viens d'insister sur chaque lettre du dernier mot de ma phrase ? Oui, tout à fait, je l'ai fait avec un ton amusé en lui souriant, commençant ainsi doucement, mais sûrement mon plan drague avec le jeune homme, sans qu'il s'en rende compte.

Codage par Libella sur Graphiorum



bienvenue à Covington
Invité
avatar
Invité

GÉNÉRAL.
POUVOIR.

MessageSujet: Re: Interférence - Gabriel Dash    Sam 11 Nov - 1:57



Interférences
" Nous vivons sur une île de placide ignorance, au sein des noirs océans de l'infini, et nous n'avons pas été destinés à de longs voyages. "



Ma mère, souvent, me rabrouait que j'étais mou et que cette mollesse serait un désavantage dans la vie. Moi, parfois, je me disais que j'étais un continuel inadapté et que je ne comprendrais jamais quelles étaient les désavantages de la vie. Ni atouts, ni détriments, l'existence n'est que ce qu'elle est, rien de plus. Je n'en attendais rien, je cherchais juste à étouffer l'ennui. Enfin, ça, c'était avant tout ça, cette merde. Au final, ce garçon subissait certainement ce que ma mère appelait de la mollesse, ce que ceux que je côtoyais excusait comme de la réserve, ce que je n'appelle pas. Comment définir ce qui me caractérise en un mot ? Il ne s'agit que de moi et une parole seule ne peut décrire tout un être.

Seulement lui, ne semblait pas percevoir comme un désavantage, ou passait outre et s'essayait tout de même à la discussion. Cela me posait autant problème que cela me convenait ; parfois un peu de compagnie rendait la solitude encore plus appréciable. Une sorte de pause, la tempête qui ramenait le calme et j'en avais besoin.

Il commença alors par faire référence à sa musique ; je n'y avais jusque là pas prêté réelle attention. Une musique qui me semblait banale tout en étant très parlante, emplie de sentiment, ça avait de convenir au personnage. Je n'irais pas lui dire en face que je trouvais ça musique banale, car j'avais appris avec le temps que cela pouvait en vexer certains pour je ne sais quelle raison : pour moi elle l'était car elle ne me surprenait pas venant d'un type de son allure. Encore aurait-il écouté de bonnes vieilles paillardes que là, j'aurais été étonné. " J'aime le son, presque autant que le silence. " Avais-je répondu à peine quelques secondes suivant sa question, mais, conscient que mes réponses pouvaient sembler trop évasives, et ne voulant pas le faire fuir tout de suite je me forçais à rajouter : " C'est une musique agréable. "

Le bout de ma phrase fut suivi par l'odeur ordinaire d'une cigarette qu'on venait d'allumer, une odeur qui était douce à mes narines. Voilà qui avait réveiller mes sens olfactifs, s'enivrant automatiquement, prêt à quémander la source de ce petit plaisir. Être fumeur était une véritable plaie, je l'avais remarqué à toutes ces fois où l'on se retrouvait obligé d'aller vers les autres pour comblé un manque de feu, de filtre, de je-ne-sais-quoi, ce qui encourageait les autres à faire de même. Allumer une cigarette, c'était comme se coller un carton "fumeur prêt à aider ses congénères", alors que souvent, allumer une cigarette, s'était vouloir souffler.

Heureusement pour moi, il m'en proposa une de son propre chef avant que je n'eu à prononcer le moindre mot, je lui répondis par un sourire. " Je veux bien, merci. " et allumait ma clope lorsque mon nouveau camarade insista de manière très étrange sur un certain mot. Je ne voyais pas trop où il voulait en venir.

" Bah moi c'est Esteban. Enchanté Gab'. "
Je lui tendis alors ma main pour une salutation comme on me les avait apprises : dans les règles de l'art. Puis je terminais par une question qui devait, selon moi, expliquer l'incident : " T'es donc un fan de film d'animation ? Le jaune toussa, les méchants patauds. "


© 2981 12289 0
bienvenue à Covington
Gabriel Dash
avatar

Voir le profil de l'utilisateur
GÉNÉRAL.Age : 20 ans
Surnom : Gab
Photo d'Identité : Adam Lambert
Métier : Etudiant
Localisation : Surement dans un bar de la ville
Humeur : A envie de jouer au chat et à la souris
Cupidon : ღ Amoureux ღ


POUVOIR.
Informations sur le Personnage
Groupe :: Altéré
Camp :: Souhaite quitter la ville !
Description du Pouvoir : :

MessageSujet: Re: Interférence - Gabriel Dash    Mer 15 Nov - 23:54








La musique émane doucement de mon casque, donnant un doux fond sonore à notre discutions. Bien sûr, je mets un certain temps à mon rendre compte, sûrement parce que je me suis habitué à vivre avec un fond sonore. Que sa soit un fond sonore musical ou un tout autre type de fond sonore, comme les cris de mon père adoptif. Bref, je ne vais pas m'étendre sur ce dernier point que je préfère oublier rapidement. Je demande au jeune homme si la musique de mon casque le dérange, j'espère que non, car cela me détend de l'entendre résonner près de mes oreilles, même si je ne me rends pas vraiment compte.

- J'aime le son, presque autant que le silence.

Je reste un moment bouche bée, ne sachant vraiment pas comment je devais le prendre. Après, tout ce n'était pas simplement de la musique que j'écoutais, c'était mon groupe qui jouait, mon groupe ! Et donc, j'étais quelques sensibles sur ce sujet-là.

- C'est une musique agréable

- Heu... Merci...


Enfin, je crois.... Bref, changeons de sujet avant que je me prenne la tête pour rien. Je décide de m'allumer une cigarette, sentant déjà un manque de nicotine dans mon corps. Je propose naturellement une cigarette au jeune homme, en lui demande au passage si la fumée le dérangeait.

- Je veux bien, merci.

Je sors une cigarette de mon paquet et je la tends au jeune homme, qui l'allume rapidement. Puis je décide de me présenter avant de lui demander son nom. Il faut bien mettre un nom sur ce doux visage, non ?

- Bah moi c'est Esteban. Enchanté Gab'.

- Moi de même, Esteban


Je me retiens pour ne pas rigoler quand je vois le jeune homme me tendre la main. J'attrape sa main joyeusement, la serrant la façon la plus amicale possible, n'essayant pas d'en profiter pour un quelconque rapprochement, une première, je dois dire.

- T'es donc un fan de film d'animation ? Le jaune toussa, les méchants patauds.

- Quoi ?...


Ok, la, je suis complètement perdu... Pourquoi il dit cela ? Je cligne plusieurs fois des yeux en le regardant, me posant vraiment des questions à son sujet, avant d'éclater de rire. Mieux vaut en rire que d'en pleurer. J'approchai d'une main tremblante, à cause du fait que je rigolais encore un peu, ma cigarette allumée à ma bouche, inspirant avec joie un peu de nicotine. Je souffle doucement la fumée de la cigarette, rigolant toujours un peu avant de lui dire :

- Désoler, je ne sais pas pourquoi tu dis cela. J'affiche un énorme sourire aux lèvres avant de continuer. Je cherchais juste à te draguer, mais j'ai peut-être été trop subtile. Alors... Autant être cash, je te trouve vraiment très mignon.

Oui, j'avais complètement laissé tomber mon plan : draguons-le discrètement, mais sûrement. Il faut bien être cash des fois avec certain mec, pour arriver plus facilement à ses fins. Espérant tout de même ne pas avoir été trop cash non plus pour lui.

Codage par Libella sur Graphiorum



bienvenue à Covington
Contenu sponsorisé

GÉNÉRAL.
POUVOIR.

MessageSujet: Re: Interférence - Gabriel Dash    

 

Interférence - Gabriel Dash

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» DE GABRIEL BIEN AIME A MARC BAZIN LES PRIMAIRES SANG UN CONSEIL ELECTORAL !e
» LES Voies DE LA RECONSTRUCTION PAR JEAN GABRIEL FORTUNÉ.
» Gabriel Soap, [validée]
» Justin Gabriel Vs Ted DiBiase Jr
» Justin Gabriel Vs Evan Bourne

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Covington Mystery :: ❀ Coin détente ❀ :: Les Archives du Forum :: Rp Abandonnés-