Vous êtes pris au piège dans la ville de Covington.
Ville pleine de magie et de mystère.
Quel sera votre camp ?

Partagez | .
 

 Un dîner aux chandelles (P.V : Freyja Sanders)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
bienvenue à Covington
David Jefferson
avatar

Voir le profil de l'utilisateur
GÉNÉRAL.Age : 35 ans
Photo d'Identité :
Métier : Directeur de l’Université & Membre du Conseil
Localisation : Surement à la recherche de futur membre pour son armée
Humeur : Colérique
Cupidon :
POUVOIR.
Informations sur le Personnage
Groupe :: Hérétique
Camp :: Souhaite quitter la ville !
Description du Pouvoir : :

MessageSujet: Un dîner aux chandelles (P.V : Freyja Sanders)   Ven 27 Oct - 23:26

- Est que la table est prête ?

- Oui, monsieur.

- Vous avez mis des bougies sur la table ?

- Oui, monsieur, comme convenu.

- Est ce que le repas sera prêt à l'heure ?

- La viande est déjà en train de cuir à petit feu, monsieur.

- Est ce que...

- Monsieur Jefferson ! Ne vous inquiétez pas, tout est prêt pour accueillir votre invité. Si je ne vous connaissez pas, je dirais que vous êtes nerveux à l'idée de dîner en tête-à-tête avec Mademoiselle Sanders.

- J'espère simplement que cette gamine ne me fait pas perdre mon temps ! Et que si elle est bien une Hérétique, elle décidera de rejoindre mon camp rapidement !

- En tout cas même si elle n'est pas une Hérétique, je pense qu'elle rejoindra votre camp tout même, monsieur.

- Vous avez sans doute raison, mais je préférais qu'elle le rejoigne parce qu'elle à un don quelconque et non en tant que simple humaine inutile. Je ne dis pas cela pour vous Cecil, vous savez bien que vous êtes l'exception à la règle ?

- Bien sûr, monsieur, bien sûr !

DING DONG

- Je pense que c'est elle, monsieur.


Je lève rapidement les yeux à l'horloge du salon, avant de confirmer les dires de mon majordome :

- Elle est ponctuelle, comme toujours...

Je me lève de mon fauteuil posant bien en évidence sur la table basse de mon salon un livre parlant de magie noir, que je lisais juste à l'instant. J'ajuste ma veste noire avant de me diriger vers la porte d'entrée de ma demeure ou se trouve déjà Cecil. Il vient tout juste d'ouvrir à ma jeune étudiante qui semble encore plus timide que lors de notre rendez-vous dans mon bureau cet après-midi. Je m'avance rapidement vers elle le sourire aux lèvres, tenant un magnifique bouquet de rose rouge à la main que je lui tends presque immédiatement.

- Bonsoir Mademoiselle Sanders, je suis vraiment ravie que vous ayez accepté mon invitation. Je me suis permis de vous acheter ces quelques fleurs, espérant que vous puissiez me pardonner de ne pas avoir pris de vos nouvelles plutôt.

Je finis ma phrase avec une pointe de tristesse dans la voix... À peine avait elle fouler le pas de ma maison, que j'étais déjà parti dans mon jeu d'acteur et dans mon rôle visant à la séduire et à en apprendre plus sur elle. Je l'invite à rentrer, toujours en lui faisant le plus beau de mes sourires charmeur, avant de me tourner quelques instant vers mon majordome.

- Nous apprendrons l'apéritif dans le salon, Cecil.

- Bien, monsieur Jefferson.


Et oui dans le salon, là où se trouve comme par hasard mon livre parlant de magie noire. À peine aurait elle poser les yeux sur ce dernier, que je pourrais commencer à lui poser des questions visant à savoir si oui ou non elle est des nôtres ! À peine rentrer dans mon immense salon au style très chic et très raffiner, je l'invite à s'asseoir sur le canapé d'un simple geste de la main.

- Que souhaitez-vous boire comme apéritif ? Du Champagne ? Un Cocktail ? Cecil sait faire plus de cent cocktails différent, donc vous pouvez lui demander tout ce que vous voulez.
Codage par Libella sur Graphiorum


bienvenue à Covington
Freyja Sanders
avatar

Voir le profil de l'utilisateur
GÉNÉRAL.Age : 20 ans.
Surnom : Carebear
Photo d'Identité :
Métier : Etudiante
Localisation : Covington
Humeur : Humeur pluôt contradictoire, parfois heureuse parfois très triste.
Cupidon :
POUVOIR.

MessageSujet: Re: Un dîner aux chandelles (P.V : Freyja Sanders)   Dim 29 Oct - 6:44

Diner avec Mr Jefferson

( Disclosure - You & Me )
J’ai eu mal au ventre toute la journée. Une boule au ventre pas possible. Comment expliquer cela ? Je vais diner chez Jefferson ce soir… Oui oui. Tout est allé super vite… il m’avait convoqué pour me demander mes absences… et il se mit à flirter avec moi... au point de m’embarrasser. Il s’en veut de ne pas avoir pris de nouvelles de moi plus tôt… je ne savais pas que je comptais tant pour lui. Pour moi, j’étais simplement la présidente des Elèves, venant donc assister aux différents conseils de l’Université.

Alors en sortant des cours, je lançais officiellement la course à la montre. Il fallait que je sois parfaite pour ce soir. Préparée mentalement et physiquement ! Mentalement, car je ne voulais pas faire comme ce matin… être un légume devant lui, totalement paralysée… lui tournant autour de moi comme un vautour… Je veux avoir un peu de répondant… ne pas m’effacer totalement. Et c’est dur… c’est vrai. Car l’homme avec qui je dine est aussi le directeur de l’Université, et mon professeur de sociologie.

Physiquement, ça je sais faire. Une belle robe blanche (aperçu ici) me mettant en valeur, sans trop en montrer mais permettant quand même de briser l’image de la simple fille modèle présidente des Elèves, toute sage... Une petite pochette en tant qu’accessoire… pour les cheveux une simple mais très efficace raie à droite.
Et quand l’heure fatidique arrive… me voilà partie. Et la boule au ventre n’a fait que s’accentuer… je gère très mal le stress.
En fait, je n’ai pas l’habitude de stresser pour un… rencard ? Officiellement ce n’est qu’un diner. Mais je pense qu’il a été assez clair sur ses intentions… quand il m’a convoqué.
J’arrive devant sa mais… son manoir ? Elle est vraiment gigantesque sa maison…. Et très belle. Il a du goût… c’est sûr. Quand je toque à la porte… ce n’est pas Jefferson qui m’ouvre mais… son majordome ? Ah quand même… je souris timidement… m’attendant à voir Jefferson…

« Bonsoir… »

Jefferson arrive rapidement… toujours aussi beau et charmant... il me tend un magnifique bouquet de rose… Wah. Ça… ce n’est clairement pas dans mes habitudes. Je rougis un peu et je lui dis tout sourire…

« Bonsoir… il ne fallait pas… je… Vous pouvez m’appeler Freyja. »

Il me fait signe de rentrer… j’obéis timidement. L’intérieur est encore plus beau que l’extérieur… c’est très chic, très raffiné, avec un côté british que j’apprécie beaucoup. C’est… un autre monde. Pas celui que j’ai l’habitude de côtoyer. Nous allons dans le salon… qui est lui aussi magnifique. Soit… il est professeur de sociologie, Directeur de l’Université ET architecte d’intérieur… soit il en a engagé un… dans tous les cas c’est réussi.

« C’est vraiment très joli. »

Il me fait signe de m’asseoir sur le canapé, ce que je fais sans tarder. Je lui souris, toujours un peu timide… surtout au milieu de tout ce luxe et de classe…. Je respire un bon coup pour déstresser… cette fois je dois me maitriser… Pas faire n’importe quoi… Il n’y a aucune raison de stresser… c’est juste un rencard après tout…

« Du champagne… s’il vous plaît. »

Voilà… en restant brève, je dis le moins de bêtise possible. Et je ne passe pas pour une cruche. Juste pour une fille super froide. Mais bon… je souris pour contrebalancer ! Je n’ai plus la boule au ventre de tout à l’heure, c’est déjà ça ! Mon attention se concentre beaucoup sur la décoration… et sur tous ses détails. Et puis… je vois un livre. Un livre que je connais. Ça ressemble à un vieux grimoire… c’est un bouquin sur l’Expression. De la magie noire. Et les sorcières… en le voyant… me mettent

instantanément en garde. Je ne dois pas y toucher… d’accord. J’étais simplement… intriguée. Comment se fait-il qu’un livre pareil se retrouve chez Jefferson ? Est-ce que c’est un sorcier ? Ça expliquerait beaucoup de choses… comme son changement d’attitude envers moi. Mais… ça voudrait dire qu’il saurait que je suis une sorcière. Ce qui n’est pas le cas. Peut-être qu’il s’intéresse juste à la sorcellerie… comme quelqu’un qui lirait… Harry Potter ? Il a l’air d’avoir remarqué que le livre avait attiré mon attention. Alors je demande.

« Vous aimez ce genre de livre ? » lui dis-je avec le sourire… pour paraître moins suspecte.

Ma phrase est succincte, pour omettre le fait que je m’intéresse aussi à ce genre de livres, les livres de sorcellerie (pas ceux de magie noire évidemment)


©️ 2981 12289 0
bienvenue à Covington
David Jefferson
avatar

Voir le profil de l'utilisateur
GÉNÉRAL.Age : 35 ans
Photo d'Identité :
Métier : Directeur de l’Université & Membre du Conseil
Localisation : Surement à la recherche de futur membre pour son armée
Humeur : Colérique
Cupidon :
POUVOIR.
Informations sur le Personnage
Groupe :: Hérétique
Camp :: Souhaite quitter la ville !
Description du Pouvoir : :

MessageSujet: Re: Un dîner aux chandelles (P.V : Freyja Sanders)   Dim 29 Oct - 19:13

Elle est vraiment sublime dans sa robe blanche, si décolleter, laissant apparaître ses jambes si fines et si belles... Si elle n'était pas mon élève et si cette histoire d'Hérétique n'occupait pas toutes mes pensées, ces charmantes lèvres auraient été mon apéritif. Mais depuis que je sais que je suis un Hérétique, je me sens comme... Un sang pur et je me dois de ne coucher qu'avec des personnes de mon rang, de mon espèce, vous comprenez ? Je ne peu plus coucher avec n'importe qui, tout de même, sauf si cela est vraiment, mais vraiment nécessaire dans la suite de mon plan. Bref, pour le moment, j'ignore encore dans quel camp se trouve ma belle étudiante ici présente à qui j'offre un magnifique bouquet de rose rouge.

- Bonsoir… il ne fallait pas… je… Vous pouvez m’appeler Freyja.

- Très bien Freyja...
Lui dis je d'une voix presque sensuel, avant de continuer le sourire aux lèvres : Seulement si vous m’appelez David en retour.

Je l'invite à rentrer dans ma demeure, ne pouvant empêcher mes yeux de vagabonder très discrètement sur les courbes de ma douce étudiante. Nous nous dirigeons vers mon salon, je la laisse admirer le décor espérant qu'elle remarque rapidement le livre de magie noir poser bien en évidence sur ma table de basse, c'était le meilleur moyen pour aborder le sujet des Hérétiques. Cette soirée allait être parfaite, j'avais déjà tout prévue...

- C’est vraiment très joli.

- Merci beaucoup, j'ai choisi toute la décoration moi même.


Je l'invite gentiment à s'asseoir dans mon canapé tout en lui demandant ce qu'elle souhaitait boire.

- Du champagne… s’il vous plaît.

Pile au moment ou ma jeune étudiante parla mon majordome, Cecil, entra dans la pièce en tenant un plateau en argent ou se trouva quelque petit four dessus. Il vient poser naturellement le plateau sur la table basse, ne posant à aucun moment son regard sur le fameux livre, c'était à Freyja de la remarquer d'elle-même et non parce qu'elle avait vu Cecil poser les yeux dessus une seconde avant. Une fois le plateau posé, mon majordome se tourna vers moi attendant mes ordres.

- Deux coupes de champagnes, je vous prie Cecil.

- Bien, monsieur.


Je regarde Cecil quitter la pièce avant de poser de nouveau mon regard sur Freyja. Je ne peu m'empêcher de sourire en la voyant si timide face à moi, mais soudain son attitude change quand elle pose enfin ces yeux sur mon livre. Elle semble intriguée, c'est parfait. Je m'approche d'elle l'air de rien, continuant à la regarder, à la détailler du regard.

- Vous aimez ce genre de livre ?

- Oh... Sa ?...


J'attrape le livre d'une main, avant de venir m'asseoir à coté d'elle. Je regarde le livre sous toutes ses coutures, me demandant qu'elle serait la meilleure réponse à lui fournir.

- Pas vraiment, vous savez, je me suis posé beaucoup de questions sur l'apparition de ce mur invisible qui entoure notre ville. Pendant que certain pense que c'est la volonté du Dieu tout-puissant de nous enfermer, moi, je préfère penser que c'est dû à une personne en particulier... Je passai doucement mon pouce sur le titre du livre, comme essayant de lui faire passer un message. Vous devez me prendre pour un fou. Lui dis-je rigolant à moitié.

Mon regard vient croiser le sien, je n'avais même pas remarqué que je m'étais assis si proche d'elle. J'arrive à sentir son parfum de là ou je me trouve, une douce odeur presque envoûtante. Je la regarde quelques instants, voulant la faire déstabiliser un temps soit peu avant de lui poser la question suivante à voix basse :


- D'après vous Freyja, qui ou quoi est la cause de l'apparition de ce mur ?

Tout en parlant, mon visage c'était rapproché dangereusement du siens, mon regard bien ancrer dans le siens. Mais au moment même ou elle allait me répondre, Cecil entre dans le salon avec les deux coupes de champagnes poser sur un plateau en argent. Je me lève de ma place, pour attraper les deux coupes, lançant un regard presque meurtrier à mon majordome que lui seul vu, bien entendu. Puis je fais demi-tour sur moi-même et tends le sourire aux lèvre une coupe de champagne à ma jeune étudiante, faisant en sorte que nos doigts se frôle au moment même ou elle attrapera son verre.  

- Pardonnez-moi, vous n'avez sans doute aucune envie de parler de cela ce soir.
Codage par Libella sur Graphiorum


bienvenue à Covington
Freyja Sanders
avatar

Voir le profil de l'utilisateur
GÉNÉRAL.Age : 20 ans.
Surnom : Carebear
Photo d'Identité :
Métier : Etudiante
Localisation : Covington
Humeur : Humeur pluôt contradictoire, parfois heureuse parfois très triste.
Cupidon :
POUVOIR.

MessageSujet: Re: Un dîner aux chandelles (P.V : Freyja Sanders)   Jeu 2 Nov - 18:02

Diner avec Mr Jefferson

( Don Diablo - Cutting Shapes )
Tout est vraiment très beau. Sa maison… ou même son manoir si je puis dire… est vraiment magnifique. La décoration est de très bon goût… et ce sont ses goûts. Il n’a pas commandé cet intérieur à un architecte. Alors je me permets de lâcher.

« Vous avez très bon goût. »

Assise sur le canapé, je reste sage. Il m’intimide beaucoup. Non pas que j’ai peur de lui. Mais il a beaucoup de prestance. Et je ne veux pas faire de faux pas. Pas à un tel moment clé. Je demande une simple coupe de champagne… je sais bien que techniquement, je n’ai pas l’âge pour boire de l’alcool. Mais… ce soir… c’est bel et bien un rencard entre adulte. Entre un homme et une femme. Pas un professeur et son élève. Et je fais tout pour me coller cette distinction dans la tête. Nous sommes dans le cadre privé… je ne dois pas avoir peur du fait qu’il est aussi le directeur de mon Université et mon professeur. Mais c’est dur.

Les joues un peu rougies, je le regarde avec un léger sourire candide. Enfin, jusqu’à que, quand je lui pose des questions à propos du livre d’Expression posé sur la table, il vienne s’asseoir juste à côté de moi. Il me répondit, contre toute attente, qu’il avait des doutes concernant le Mur. Celui qui… nous isole du reste du monde… de mes parents… de tout en fin de compte.

Il dit penser que tout ça… c’est la faute de quelqu’un. Je le regarde… jouant un peu la comédie, avec un certain étonnement. Je fais mine d’être totalement étrangère à ces pensées. Et puis… il me montre subtilement le titre du livre avec son pouce… Est-ce qu’il sait… ce que je suis ? Je le regarde… les lèvres un peu entrouvertes… Il dit que je dois le prendre pour un fou… je pouffe nerveusement… mal à l’aise. J’ai l’impression de passer un interrogatoire… moi qui souhaitait un rencard. Il me fixe… j’ai l’impression qu’il veut que j’avoue quelque chose…

Il me demande doucement… qu’est ce qui aurait causé l’apparition du mur… Son visage s’est rapproché du mien et le mien recule un peu… discrètement. J’essaie de lui répondre… je ne trouve pas vraiment les mots.

« Je… »

Son majordome revient pile au bon moment nous apporter les coupes de champagne… Pendant que Jefferson se lève pour les récupérer… je me permets de souffler discrètement… un bon gros coup. J’essaie de dissimuler ma vraie nature… et je réalise que je le fais très mal. Je suis sûr qu’en me voyant réagir comme ça… il a compris. Alors… je tente le tout pour le tout… je dois jouer le jeu.

« Non… mais vous avez raison de vous poser ce type de questions… Je me suis posée les mêmes. Et… je n’ai toujours pas trouvé de réponse. Même dans… ce genre de livres. »

Je lui souris timidement… j’essaie de reprendre de l’assurance. Je sais jouer la comédie… il faut juste que j’ai confiance en moi.

« J’ai lu… beaucoup de ce genre de livres… et je pense qu’ils ne sont que des œuvres de fiction. On ne sait rien de leurs auteurs, leur contenu n’est pas vérifiable et totalement théorique… je bois une petite gorgée de champagne je pense que c’est une fausse piste… une fois de plus. »

J’espère vraiment, qu’il va marcher à pied joints dans mon mensonge. Qu’il va boire mes paroles et oublier toutes ces histoires de sorcellerie… qui sont vraies.





©️ 2981 12289 0
bienvenue à Covington
David Jefferson
avatar

Voir le profil de l'utilisateur
GÉNÉRAL.Age : 35 ans
Photo d'Identité :
Métier : Directeur de l’Université & Membre du Conseil
Localisation : Surement à la recherche de futur membre pour son armée
Humeur : Colérique
Cupidon :
POUVOIR.
Informations sur le Personnage
Groupe :: Hérétique
Camp :: Souhaite quitter la ville !
Description du Pouvoir : :

MessageSujet: Re: Un dîner aux chandelles (P.V : Freyja Sanders)   Lun 6 Nov - 12:01

Je ne sais quoi penser d'elle, j'ai du mal à lire en elle à l'instant précis ou je me mets à parler du livre. Joue t'elle la comédie ou bien finalement elle n'est pas ce que j'espérais ? Je sens soudainement une petite pointe de colère qui commence à titiller ma patience avec la jeune fille. Je demande alors à mon invité, espérant une réponse sincère de sa part, ce qui, d'après elle, serait la cause du mur invisible qui entoure notre ville. Mais elle n'a pas le temps de me répondre, Cecil, mon majordome, fait irruption pile à ce moment-là avec notre apéritif. Je lui fais rapidement comprendre d'un simple regard meurtrier, discret, qu'il venait de me déranger dans un moment très important entre moi et Freyja. À peine ai-je attrapé les coupes de champagnes, que Cecil s'éclipse presque immédiatement pour nous laisser seul tous les deux, je pense qu'il n'osera plus montrer le bout de son nez de toute la soirée tant que je ne l'aurais pas appelé moi-même. Je me retourne vers ma douce invitée, qui a sûrement eut le temps de réfléchir à la réponse qu'elle allait me donner, malheureusement pour moi. Alors j'essaye une dernière fois de la déstabiliser avant qu'elle ne parle, en faisant en sorte que nos doigts se frôlent au moment même ou je lui donne sa coupe de champagne.

- Non… mais vous avez raison de vous poser ce type de questions… Je me suis posée les mêmes. Et… je n’ai toujours pas trouvé de réponse. Même dans… ce genre de livres.

- Dans ce genre de livres ?

- J’ai lu… beaucoup de ce genre de livres… et je pense qu’ils ne sont que des œuvres de fiction. On ne sait rien de leurs auteurs, leur contenu n’est pas vérifiable et totalement théorique… je bois une petite gorgée de champagne je pense que c’est une fausse piste… une fois de plus


Je la regarde silencieux, buvant ma première gorgée de champagne. J'essaye de déchiffrer son regard, de savoir si elle me ment, si elle joue la comédie en somme ou quoi. Mais j'ai du mal à le savoir, car je sais pertinemment que ma présence la déboussoler déjà de base, donc comment savoir si ma question l'a affecter ou non.

- Vous avez sans doute raison... Néanmoins ce mur est quand même arrivé là du jour au lendemain, sans faire de bruit qui plus est, comme par magie. J'accroche légèrement sur le dernier mot, comme cherchant à sous-entendre quelque chose. En tout cas je n'aurais pas dû vous embêter avec cela, après tout c'est au conseil de se préoccuper de cela.

Je lui souris gentiment en lui disant cela, lui jetant un regard désoler, comme si je m'en voulais de lui avoir posé une telle question. Je bois une nouvelle gorgée de champagne, retournant m'asseoir à coter d'elle comme ci de rien n'était. Avais-je abandonné ? Non du tout, bien au contraire, un nouveau plan était en place dans ma tête. On dit qu'avec une certaine dose d'alcool, on arrive à faire parler n'importe qui. Je me demande au bout de combien de verre la jeune étudiante sera prête à me révéler tous ces petits secrets. Et si l'alcool ne l'aidait pas à délier sa jolie petite langue, je lui donnerais, alors, quelque chose de plus fort et de surtout plus illégal. Quoi ? Est ce que je vous choquerais en disant vouloir la droguer pour arriver à mes fins ? Allons, allons, je vous avais bien dit que j'étais prêt à tout pour avoir ce que je souhaite ! Et là, je souhaite savoir si cette jeune fille mérite de vivre, car elle est pourvue d'un quelconque don ou bien si elle deviendra une de mes esclaves personnels, car au final elle ne serait qu'une simple et stupide humaine. Mais bon, chaque chose en son temps, pour l'instant, je vais faire le beau et discuter gentiment avec elle, voir même la draguer, histoire de m'amuser un peu et de faire passer le temps.

- Vous êtes vraiment très jolie ce soir, cette robe vous vas merveilleusement bien. Lui dis-je en la regardant droit dans les yeux. Serait-il impoli de ma part de savoir si votre cœur est déjà pris ?
Codage par Libella sur Graphiorum


bienvenue à Covington
Freyja Sanders
avatar

Voir le profil de l'utilisateur
GÉNÉRAL.Age : 20 ans.
Surnom : Carebear
Photo d'Identité :
Métier : Etudiante
Localisation : Covington
Humeur : Humeur pluôt contradictoire, parfois heureuse parfois très triste.
Cupidon :
POUVOIR.

MessageSujet: Re: Un dîner aux chandelles (P.V : Freyja Sanders)   Mar 14 Nov - 19:35

Diner avec Mr Jefferson

( Moby - Memory Gospel )
Je me débrouille plutôt bien pour jouer la comédie. A vrai dire, j’ai énormément pratiqué. Cela me permet de me dépatouiller dans pleins de situations… y compris celle-là. Car il semble gober tout ce que je lui dis, en même temps c’est plutôt crédible et joliment dit. Il me regarde silencieusement… il boit mes paroles. Moi je ne me démonte pas et je continue mon numéro. Je souris… je fais tout pour montrer que je suis à l’aise. Et pourtant… ce n’est pas vraiment le cas. Mais… il faut bien que je me jette dans le bain. Que j’arrête d’être coincée du c…

Il me répond… j’ai « sans doute raison » selon lui. Je lui fais un grand sourire… je le dévore un peu du regard tandis que j’écoute sa belle voix de charmeur. Il a raison sur un point. Le Mur est arrivé du jour au lendemain. Seulement, avancer cela… eh bien justement cela ne nous avance pas trop. En gros… il n’a pas plus d’informations que nous tous. Il ne sait rien. Me voilà rassurée…

« Je comprends vos doutes…. Ça ne m’embête pas au contraire… c’est bien d’en parler. »

Je fayote un peu d’accord… entre deux contacts visuels brûlants… il est vraiment… vraiment… vraiment… canon. Je ne peux pas m’empêcher de le dévisager de façon peu discrète...  Son sourire… me fait toujours presque fondre intérieurement. Mon petit cœur a vraiment du mal avec tout ça… c’est comme… une fièvre mais… amoureuse. J’en crève presque de chaud… j’espère que ça ne se voit pas. Ça doit se voir. Je bois une petite gorgée de champagne… je crois que ça ne m’aide pas vraiment niveau température. Parce que mine de rien, je le sirote assez vite… ce champagne.

Il me regarde droit dans les yeux… je lui souris timidement… et il se met à me complimenter. Et là… timidité maximale. C’est grave parce qu’il flirte avec moi et je suis aussi… expressive qu’un caillou. A part rougir et sourire… je ne fais pas grand-chose.

«M… Merci. »

Je lui souris à nouveau puis je continue… prenant mon courage à deux mains.

« Je ne serais pas venue dîner avec vous si… mon cœur était déjà pris. »

Droit au but… peut-être un peu trop ? Peut-être que cela va lui plaire… peut-être qu’il préfère les femmes avec un peu de punch…

J’approche un peu mon visage du sien… et j’ajoute.

« Je dois avouer que vous êtes aussi… très charmant. Alors… j’imagine que le vôtre, de cœur, est déjà pris. »

Quelle idiote. Je pars défaitiste. Il va avoir pitié de moi… et moi-même je me fais pitié. Je n’arrive décidément pas à être à l’aise avec lui… et c’est nul. J’imaginais la scène… bien différemment.



©️ 2981 12289 0
bienvenue à Covington
David Jefferson
avatar

Voir le profil de l'utilisateur
GÉNÉRAL.Age : 35 ans
Photo d'Identité :
Métier : Directeur de l’Université & Membre du Conseil
Localisation : Surement à la recherche de futur membre pour son armée
Humeur : Colérique
Cupidon :
POUVOIR.
Informations sur le Personnage
Groupe :: Hérétique
Camp :: Souhaite quitter la ville !
Description du Pouvoir : :

MessageSujet: Re: Un dîner aux chandelles (P.V : Freyja Sanders)   Jeu 16 Nov - 20:14

Je suis des fois trop direct, Cecil, mon majordome, me le dit souvent, mais bon, c'est souvent ce qui plaît aux filles. Je n'aime pas trop tourner autour du pot, même si je suis souvent obligé dans mon travail, dans mes campagnes pour devenir maire de la ville et surtout quand je suis en train de questionner des personnes pour savoir si elles sont Hérétiques ou non. Mais là, non. Après tout, je ne lui posais qu'une simple question, je lui demandais simplement si son cœur était déjà pris.

- Je ne serais pas venue dîner avec vous si… mon cœur était déjà pris.

Oh que c'est mignon, la jeune étudiante amoureuse de son professeur... Comme c'est cliché, on pourrait presque se croire dans un ces films romantiques à l'eau de rose. Mais bon, faut bien avouer que cela me plaît beaucoup de savoir que son petit cœur bat pour moi. Bien sûr ma chère Freyja, si tu veux espérer conquérir mon cœur, il va falloir être plus qu'une simple humaine. Dommage que la vie ne soit pas aussi simple et que je ne puisse détecter les Hérétiques d'un simple claquement de doigts. Ca m'éviterait toutes ces courbettes et ces compliments. Mais bon, elle est mignonne alors pourquoi ne faire une pause dans ma recherche intensive et profiter un peu de la vie et surtout des jolies filles.

- Je dois avouer que vous êtes aussi… très charmant. Alors… j’imagine que le vôtre, de cœur, est déjà pris

J'approche doucement ma main du visage de la douce jeune femme, attrapant son menton du bout des doigts. J'approche mon visage du siens, nous sommes qu'à quelques centimètres l'un de l'autre. Je me sens soudainement d'humeur joueur et justement voilà un magnifique jouet avec lequel jouer.

- Si mon cœur était déjà pris... Je ne vous aurais pas invité ma chère et tendre Freyja...

J'approche encore plus mon visage du siens, venant à sentir son souffle sur mon visage. Mon regard ancré dans le sien. Allais-je oser ? Hum... Je suis sûr que la petite étudiante n'attend que ça mes lèvres sur les siennes. Mais est ce que la jeune femme le méritait ? D'ailleurs est ce que mon cœur était vraiment libre ? Humm... Il est vrai que je trouvais Evelyn belle, avait beaucoup de point commun comment dominer le mode et puis on avait aussi coucher ensemble, mais on n'avait jamais parlé de nos sentiments. Alors est ce que mon cœur était libre ? Oui tout à fait, enfin pour le moment. Je ne cherchais pas vraiment à me casser, car je ne suis pas sûr d'avoir suffisamment de temps et la patience nécessaire, pour m'occuper d'une petite amie ou d'un petit ami. Après avoir une femme ou un homme gentil, docile, qui est prêt à m'accompagner dans ma conquête du monde, sans demander trop d'attention, je ne suis pas contre. Mais bon autant prendre un poisson, que chercher le compagnon ou la compagne parfait pour ça.

Bon, il faut vraiment que je cesse de prendre la tête avec tout cela et que je respire un peu. Alors embrassons cette jeune femme qui n'attend que ça...


- Monsieur ?

- QUOI ?!


Une vague de colère, soudainement, m'envahit. Je me tourne vers mon majordome qui a vraiment le don de débarquer au mauvais moment. Les flammes des bougies présentent dans la pièce se mettent à trembler brusquement, comme ci un courant d'air venait d'entrer dans la pièce sans prévenir. Les flammes se mettent à grandir de plusieurs centimètres, comme cherchant à se faire menaçante. Je prends une grande inspiration, puis expire doucement. À mesure que j'expire, les flammes diminuent, reprenant une taille tout à fait normal. Mon majordome n'a pas bougé, ne montrant aucun signe, il reste neutre et droit, comme ci tout était normal, comme ci rien ne c'était passer.

- Le dîner est servi, Monsieur Jefferson et Madame Sanders

- Bien.


Je me relève l'air de rien, avant de me tourner tendant une main vers mon invité, espérant qu'elle n'a rien comprit et surtout rien vue... Quoi que... Tout compte fait, peut-être que cela pourrait l'aider à se confier à moi, dans le meilleur des cas. Dans le pire... Elle risque de s'enfuir de ma maison, je risque donc de lui courir après, même si elle ne risque pas d'aller loin vue que la porte d'entrer est fermer à double tour. Puis après viendrais les menaces et blabla et blabla... Il faut vraiment que j'arrive à contrôler ma colère, je risque vraiment de me faire prendre un jour par un des membres du conseil.

- Et si nous allions dîner Freyja ?
Codage par Libella sur Graphiorum


bienvenue à Covington
Freyja Sanders
avatar

Voir le profil de l'utilisateur
GÉNÉRAL.Age : 20 ans.
Surnom : Carebear
Photo d'Identité :
Métier : Etudiante
Localisation : Covington
Humeur : Humeur pluôt contradictoire, parfois heureuse parfois très triste.
Cupidon :
POUVOIR.

MessageSujet: Re: Un dîner aux chandelles (P.V : Freyja Sanders)   Jeu 16 Nov - 22:40

Diner avec Mr Jefferson

( Moby - Memory Gospel )
Il s’approche de moi… toujours avec son air charmeur et sûr de lui… il passe ses doigts sur son menton… on rapproche nos deux visages… nos lèvres sont très proches… Et… j’ai vraiment envie de l’embrasser… j’en brûle d’envie. Mais je ne me lance pas. Trop peur de faire n’importe quoi et de tout gâcher. Pourtant… notre relation est très claire. Je finis par m’approcher de ses lèvres quand… le majordome vient tout casser. Littéralement tout. J’écarte mon visage de celui de Jefferson… carrément gênée. Et Jefferson… lui… il sort carrément de ses gonds. Il s’énerve… comme je l’ai jamais vu s’énerver. Et… et les flammes de bougies réagissent à sa colère ! Je n’ai pas rêvé… j’ai pas rêvé… Il les a fait grandir… et quand il se calme… tout revient à la normal. Je crois que mon cœur va exploser… la je flippe complètement.

Son pouvoir… ça explique tout. Ça explique ma présence ici… ça explique les livres… ça explique son changement d’attitude avec moi… Ce rapprochement si soudain… il ne s’intéresse pas à moi… c’est ça ? J’y… j’y croyais tellement. Je le voulais tellement. J’aurais dû comprendre bien avant… Comment il sait… pour moi ? Que je suis une sorcière ? Il m’a montré un livre d’Expression… les autres sorcières me conseillent de partir immédiatement. Elles me l’ordonnent même. Vivement. J’essaie de lui cacher ma peur… j’essaie de ne pas perdre le contrôle de ma magie… tout va bien se passer Freyja… tout va bien se passer. Il me tend la main pour que l’on aille dîner… je lui souris timidement…  je dis la voix un peu tremblotante.

« Oui… je meurs de faim… »

Je le suis jusqu’à la table quand je lâche :

« Excusez-moi… je reviens vite… je vais aux toilettes. »

Je m’éclipse rapidement… je cherche les toilettes dans son gigantesque manoir… je regarde derrière moi de temps à autre pour savoir s’il me suit… j’ai tellement peur que je n’arrive plus à réfléchir correctement… Les sorcières veulent que je me calme… que l’on arrive à rien dans cet état là… comme si c’était simple ! Je trouve les toilettes… je m’enferme à l’intérieur…

Je souffle un bon coup… ma respiration est hachée…. J’ai mal au ventre… j’ai juste envie de pleurer… pleurer toutes les larmes de mon corps. J’ai mal. Il m’a menti. De A à Z.

Je finis par sortir des toilettes… si je mets trop de temps à revenir… il va comprendre. Je passe devant la porte d’entrée… mais oui ! Je m’approche discrètement de la porte… je regarde autour de moi… pas de signe de lui… Et… et c’est fermé ! C’est fermé ! Il a tout prévu ! Et je commence à pleurer silencieusement… Je ne sais pas ce que je dois faire… je suis seule… et terrifiée.



©️ 2981 12289 0
bienvenue à Covington
David Jefferson
avatar

Voir le profil de l'utilisateur
GÉNÉRAL.Age : 35 ans
Photo d'Identité :
Métier : Directeur de l’Université & Membre du Conseil
Localisation : Surement à la recherche de futur membre pour son armée
Humeur : Colérique
Cupidon :
POUVOIR.
Informations sur le Personnage
Groupe :: Hérétique
Camp :: Souhaite quitter la ville !
Description du Pouvoir : :

MessageSujet: Re: Un dîner aux chandelles (P.V : Freyja Sanders)   Jeu 16 Nov - 23:45

Je suis énervé, mais je reste neutre face à mon étudiante. Cecil vient de tout gâcher ! Elle a tout vu, peut être même tout compris sur moi et sur ce que j'étais... Elle a beau sourire face à moi, j'entends bien sa voix trembler qu'elle répond à mon invitation à passer à table. Je suis de dos à elle, je serre les dents, j'ai le visage fermer, mais je suis prêt à lui sourire chaleureusement à tout moment comme çi rien ne c'était passer. Mais à peine arriver à la table à manger, la jeune demoiselle demande a aller aux toilettes. Je lui souris donc amicalement en lui disant de la façon le chaleureux possible :

- Pas de problème, je vous attends ici ma chère Freyja.

Je la vois s'éclipser très rapidement, là, c'est sûr elle à tout comprit ! Je me retourne vers mon majordome, les yeux remplie de haine envers lui. Il ne peu s'empêcher de reculer et de baisser immédiatement les yeux en me voyant avancer vers lui avec un air menaçant. Mes mains tremblent légèrement sous l'effet de la colère qui s'empare de tout mon corps. Les quelques flammes de bougies présentent dans la pièce, tremblent très rapidement. Elles semblent prette à quitter leurs mèches à tout moment pour me rejoindre et ainsi, ne faire plus qu'un avec moi et ma colère immense.

- Je... Je suis sincèrement désoler Monsieur...

- Ferme toutes les portes à clés et soyez prêt à activer le mode de secours ! Moi vivant elle ne sortira pas de cette maison !


Je me retiens énormément pour ne pas crier sur mon majordome, bien que j'en meurs d'envie, histoire de calmer un peu ma colère, mais ça serait prendre le risque d'être entendu par la jeune et douce Freyja. D'ailleurs, je pense savoir ou la trouver : Elle est passé par ici, elle repassera donc par là... Si la jeune étudiante souhaite vraiment quitter mon manoir, elle devrait donc naturellement se diriger vers la porte ou elle était rentrer. J'ajuste rapidement ma veste, essayant de me calmer avant de partir à la recherche de la demoiselle, me dirigeant donc vers la porte d'entrer de ma demeure. Pendant ce temps, Cecil s'assure que toutes les portes et fenêtres du manoir sont bien fermer à double tour. Et si la jeune demoiselle tente de briser une vitre ou quoi et bien, Cecil activera le mode secours. À peine, il aura appuyé sur un bouton que des rideaux en ferrailles tomberont sur les fenêtres et les portes menant à dehors, dans le but de les condamner. C'est tellement dommage d'en arriver là, une si jolie demoiselle, qui était pourtant si docile... Dire que je vais être obligé d'utiliser les grands moyens avec elle, s'en est presque triste. Soit elle m'obéira, soit je la tuerais ! Je ne prendrais aucun risque, je compte bien garder ma couverture secrète pour le moment...

J'avance d'un pas lent vers mon hall d'entrer. Mon regard remplie de rage, devient soudainement plus calme, plus doux. Mon visage fermé se transforme lui aussi, il devient plus chaleureux, je souris même histoire de faire le mec gentil qui ne lui veut aucun mal. J'arrive enfin dans le hall ou se trouve au bout, face à la porte, Freyja comme je l'avais espéré. Mon sourire s'agrandit un peu plus face à elle. J'avance doucement vers elle, ne la quittant pas des yeux un seul instant.


- Je peu vous assurez que les toilettes ne se trouvent pas ici, ma chère et tendre Freyja.

Je continue à avancer et je remarque soudainement qu'elle pleure. Oh est ce que la petite demoiselle aurait peur de moi et de ce que je suis capable de lui faire ? Mais c'est parfait ! Si tu ne veux plus m'aduler, alors crains-moi et surtout crains la mort...

- Allons, allons ne pleurez pas, je suis là à présent. Lui dis-je en me mettant à sourire à pleine dent.

Je suis enfin arrivé à sa hauteur, je me penche légèrement pour que nos visages soient bien l'un face à l'autre. Il faut dire que je suis un homme très grand, je la domine un peu de ma hauteur. Ma grande taille m'avait toujours donné un coté impressionnant auprès des autres, chose que j'adorais beaucoup. Enfin, la n'est pas le sujet.


- J'espère que vous ne comptez pas nous quitter tout de suite tout de même. Cecil vient de servir la viande, il vaut mieux tant que c'est chaud vous savez...
Codage par Libella sur Graphiorum


bienvenue à Covington
Freyja Sanders
avatar

Voir le profil de l'utilisateur
GÉNÉRAL.Age : 20 ans.
Surnom : Carebear
Photo d'Identité :
Métier : Etudiante
Localisation : Covington
Humeur : Humeur pluôt contradictoire, parfois heureuse parfois très triste.
Cupidon :
POUVOIR.

MessageSujet: Re: Un dîner aux chandelles (P.V : Freyja Sanders)   Ven 17 Nov - 0:23

Diner avec Mr Jefferson

( Troyboi - On my Own )
Je suis bloquée… au niveau du hall d’entrée… je pleure silencieusement… je ne bouge plus… je ne sais pas quoi faire… je pense déjà au pire… je ne sais pas ce qu’il veut… moi je veux juste partir… mais il avait tout prévu. Comment je pouvais savoir qu’il était un psychopathe… hein ? Il était charmant… gentleman… à l’écoute… j’y ai cru. Je l’entends marcher… je tremble comme une feuille… j’essaie d’ouvrir cette foutue porte… même en essayant d’y mettre de la force… pas possible. Il… il arrive ! Je fonds en larme… je mets des coups de pied dans cette satanée porte… Il lâche tout sourire en se rapprochant doucement de moi :

« - Je peu vous assurez que les toilettes ne se trouvent pas ici, ma chère et tendre Freyja. »

Mon sang est glacé. J’aimerai lui répondre. Lui dire d’aller se faire foutre… mais j’ai peur. Tellement peur. Je suis comme paralysée… J’ai froid… j’ai envie de vomir… je n’arrive pas à respirer correctement… Son sourire de psycopathe… je crains le pire…

« Je… j’ai rien demandé… s’il vous plaît… laissez-moi partir… Je le jure… je n’en parlerai à personne… je savais pas que vous étiez un altéré… je le jure ! Et je peux très bien garder le secret ! »

Il ne m’écoute pas… il continue de se rapprocher… je n’hésiterai pas à me défendre… je sais que ce n’est pas bien de me servir de la sorcellerie pour faire du mal… mais… là c’est de la légitime défense ! Il est juste à côté de moi… il me fiche… je recule le plus possible de lui… je suis accolée à la porte… Il veut que je reste pour diner… Je craque. J’ouvre les mains et je me mets à crier

« MOTUS ! »

Cela crée un bruit sourd et un mal de crâne intense chez lui… je profite de cela pour m’enfuir… il y a un étage… je vais m’y réfugier… je n’ai pas d’autre possibilité. Je cours dans l’escalier… je trébuche contre une marche et je me fais mal au genou… je rentre dans la première chambre que je trouve.

Je ferme la porte derrière moi, ferme le verrou... Je pousse une commode pour la mettre devant la porte et l’empêcher d’entrer… Puis un deuxième meuble derrière au cas où… Je cherche mon téléphone… il est dans ma petite sacoche ! Et… elle est dans le salon… Putain de merde ! Je me remets à pleurer… je m’approche de la fenêtre de la chambre… c’est bien trop haut pour sauter, je vais me briser en morceaux… Je m’assois sur le lit… il faut que je réfléchisse à un plan pour me sortir de ce cauchemar !



©️ 2981 12289 0
bienvenue à Covington
David Jefferson
avatar

Voir le profil de l'utilisateur
GÉNÉRAL.Age : 35 ans
Photo d'Identité :
Métier : Directeur de l’Université & Membre du Conseil
Localisation : Surement à la recherche de futur membre pour son armée
Humeur : Colérique
Cupidon :
POUVOIR.
Informations sur le Personnage
Groupe :: Hérétique
Camp :: Souhaite quitter la ville !
Description du Pouvoir : :

MessageSujet: Re: Un dîner aux chandelles (P.V : Freyja Sanders)   Lun 20 Nov - 12:55

Je me sens tellement puisant face à elle, tellement supérieur en tout point. J'ai l'impression que je pourrais l'écraser comme si elle n'était qu'un vulgaire insecte sur mon chemin. Mais cela serait si dommage... Regardez la trembler de tout son long face à moi, regardez la pleurer, regardez comment elle, c'est énerver contre ma porte d'entrer dans l'espoir que cette dernière s'ouvre sous ces coups de pied. Elle est vraiment trop mignonne, on dirait une petite souris apeurer face à moi, l'énorme chat qui pourrait la gober en une seconde seulement. Je ne pas m'empêcher de sourire en la voyant ainsi, je la domine totalement et c'est tellement jouissif. Petite humaine sans pouvoir, tu es à ma merci maintenant !

- Je… j’ai rien demandé… s’il vous plaît… laissez-moi partir… Je le jure… je n’en parlerai à personne… je savais pas que vous étiez un altéré… je le jure ! Et je peux très bien garder le secret !

J'écoute à peine ses paroles, je suis perdu dans ma folie. Je continue à m'avancer vers elle, pendant qu'elle recule de plus en plus face à moi, venant à se coller contre la porte d'entrer. Je lui demande de rester dîner, j'ai envie de jouer très longtemps avec mon nouveau jouet humain.

- MOTUS

Soudain un mal de tête horrible, presque surhumain, accompagner d'un bruit sourd dont je n'arrive pas à identifier l'origine. Je m'approche d'un mur, me retenant à un meuble pour ne pas m'effondrer par terre à cause de cette douleur vive. Pendant ce temps-là ma petite souris à eu le temps de filer à l'étage... Mais... Un instant... C'est elle ?... C'est une Hérétique... Cette douleur, ce mot qu'elle a hurlé, ce bruit... Oui, il n'y a pas d'autre explication, Freyja est bel et bien une Hérétique tout comme moi. Il faut que je la rattrape, que je trouve le moyen pour la faire venir dans mon camp de façon subtil, très subtil... Mais avant de partir à sa recherche dans mon manoir, il me faut un certain temps pour que la dissipe un temps soit peu, assez au moins pour que je puisse marcher sans me tenir à un mur ou un meuble. C'est avec beaucoup de difficulté que je monte à l'étage de ma demeure, ressentant toujours une certaine douleur à la tête. Arrivé à l'étage, je sens quelques gouttes de sueur couler le long de mon front. Bon ou a pu se cacher cette petite souris, il faut que je réfléchisse calmement.

- FREYJA JE SUIS DÉSOLER... SINCÈREMENT...

Encore un mensonge, mais bon, je me dis que la meilleure façon pour qu'elle soit de mon côté était de mentir, de lui faire croire que j'ai eut peur et blabla et blabla. J'avance doucement dans le couloir, essayant d'ouvrir une première porte qui se trouve étrangement fermer. Je soupire doucement, la petite souris doit c'être réfugier ici. Au moins ce qui est sur, c'est qu'elle n'a aucun moyen pour s'échapper... Enfin... Son don pourrait peut-être l'aider, je l'ignore totalement... J'aimerais tellement en savoir plus à l'instant même.

- Vraiment, je suis désolé... J'ai... J'ai eu peur... Vous êtes la première Altéré que je rencontre... J'avais peur que vous soyez... Enfin que vous vous en preniez à moi à cause de ce que je suis... De mon pouvoir... Je voulais simplement me protéger, en aucun cas, je ne voulais vous faire du mal...

Ma voix tremble légèrement, elle remplie d'une immense triste, elle pourrait presque croire de l'autre coté de la porte que je suis sur le point de pleurer. Bien sûr, tout cela est faux, je suis juste un bon acteur. Je me laisse tomber le dos contre la porte de la chambre, cherchant à moyen de la faire sortir, car pas sûr qu'elle croit en mes belles paroles. Je me vois mal mettre le feu à cette porte, je risque de brûler entièrement ma demeure, malheureusement.

- Freyja... Je vous en pris... Mettez-vous à ma place, qu'auriez vous fait à ma place ?... Ne me dites pas que vous n'auriez pas peur qu'on s'en prenne à vous à cause de votre don... Je ne vous voulez vraiment aucun mal... Je vous le promets...

Codage par Libella sur Graphiorum


bienvenue à Covington
Freyja Sanders
avatar

Voir le profil de l'utilisateur
GÉNÉRAL.Age : 20 ans.
Surnom : Carebear
Photo d'Identité :
Métier : Etudiante
Localisation : Covington
Humeur : Humeur pluôt contradictoire, parfois heureuse parfois très triste.
Cupidon :
POUVOIR.

MessageSujet: Re: Un dîner aux chandelles (P.V : Freyja Sanders)   Mar 21 Nov - 23:43

Witch things.

( Agnes Obel - The Curse )
Je ne sais pas quoi faire… il n’y a pas de « bonne idée » pour sortir d’ici… j’ai simplement envie de rester assise sur ce lit et pleurer… pleurer… mais ça ne m’amènera à rien. Il faut que je trouve une solution à tout ça… On est bien trop haut pour que je saute depuis la fenêtre… il n’y a qu’une sortie… et c’est aussi l’entrée que j’ai bloquée. Je l’entends monter les escaliers… je cherche quelque chose qui pourrait me servir comme arme… Je ne veux pas me servir de ma magie… je ne veux pas lui faire du mal… et les ancêtres n’apprécieraient pas non plus… J’entends la voix de Jefferson… je me rapproche un peu de la porte pour entendre clairement ce qu’il dit… Il s’excuse. Il est désolé.
Est-ce que c’est une ruse pour pouvoir m’atteindre ? Après tout… il ne s’intéresse à moi que pour ma magie. C’est très… réducteur. Je ne sais même pas comment il a su… je ne l’ai jamais montrée à qui que ce soit, jamais servi en public… est-ce qu’il m’a espionné… ou je ne sais quoi ?

Enfin… peut-être que je pars trop loin. Peut-être qu’il… qu’il est simplement altéré… qu’il s’est énervé et qu’il a perdu le contrôle de son don… et qu’en flippant… il m’a juste fait flipper ? Il me dit que je suis la première altérée qu’il rencontre… je n’aime pas être désignée comme altérée. Je ne me sens pas altérée. Je suis parfaitement normale. J’ai simplement un don. C’est ce que j’ai envie de lui rétorquer. Mais je reste terrée dans mon silence. Il avait peur que je m’en prenne à lui ? Il fait deux têtes de plus que moi… je suis une brindille… il semble vraiment triste… Je n’arrive pas à lui faire confiance… j’ai tellement peur… je ne veux pas sortir.

Mais si je ne sors pas, je suis bloquée ici. Je n’ai pas mon téléphone… j’hésite même à bluffer en disant que j’ai appelé la Shériff… mais s’il sait que je ne l’ai pas… ça va être pire. Rester terrée ici en attendant que quelqu’un se rende compte de ma disparition ? De toute façon… personne n’est au courant de ce dîner…

Je bégaye alors, la voix enrouée.

« Je… je vais sortir. Si… si vous tentez quoi que ce soit… je promets de vous faire découvrir tout un nouveau genre de souffrances… d… d’accord ? »

Je remets les meubles à leur place… j’ouvre la porte… Il est droit devant moi… je recule par peur et par précaution… je tends le bras et j’ouvre la paume…

« Je ne plaisante pas… je n’hésiterai pas… compris ? Je… je veux juste rentrer chez moi. »


©️ 2981 12289 0
bienvenue à Covington
David Jefferson
avatar

Voir le profil de l'utilisateur
GÉNÉRAL.Age : 35 ans
Photo d'Identité :
Métier : Directeur de l’Université & Membre du Conseil
Localisation : Surement à la recherche de futur membre pour son armée
Humeur : Colérique
Cupidon :
POUVOIR.
Informations sur le Personnage
Groupe :: Hérétique
Camp :: Souhaite quitter la ville !
Description du Pouvoir : :

MessageSujet: Re: Un dîner aux chandelles (P.V : Freyja Sanders)   Dim 26 Nov - 16:57

Bon, qu'est ce que je fais ? Cette jeune fille est une Hérétique tout comme moi, et pour l'instant son don semble prometteur, mais le problème, c'est que j'ignore l'étendu de ce dernier. De quoi elle était capable ? Bon, je savais déjà qu'elle était capable de me clouer le bec et de me donner un mal de tête plus qu'atroce. Mais après ? Pouvait-elle sortir de cette pièce d'une quelconque façon ? Je ne pense pas sinon elle l'aurait déjà fait, à moins qu'elle ne maîtrise absolument pas son pouvoir et que ce qu'elle à fait-tout à l'heure était une pure coïncidence. En tout cas, il fallait que j'arrive à la faire sortir de cette pièce, par n'importe quel moyen. Mon esprit malin avait rapidement trouvé un plan pour faire sortir la jeune femme de cette chambre : j'allais jouer l'homme triste, voir désespérer. J'allais essayer de l'avoir en jouant avec les sentiments, avec son cœur.

- Je… je vais sortir. Si… si vous tentez quoi que ce soit… je promets de vous faire découvrir tout un nouveau genre de souffrances… d… d’accord ?

- D'accord.


Je me relève et me mets face à la porte, à une certaine distance tout de même, je n'ai pas envie d'avoir un nouveau mal de tête. De plus, cela n'est pas dans mes plans, car oui, j'ai un plan ! Et je suis presque sûr de réussir à l'avoir dans mes filets grâce à mon plan. Je me concentre une seconde avant qu'elle ne daigne à ouvrir la porte. Je fais le vide dans ma tête, je ne veux pas qu'elle voie la moindre trace de joie sur mon visage. Quand elle ouvrira la porte, elle ferra face à un homme triste, au bord des larmes, complètement abattu et désespérer. Elle ouvre enfin la porte, je recule contre le mur, lui laissant assez place, baissant la tête vers le sol.

- Je ne plaisante pas… je n’hésiterai pas… compris ? Je… je veux juste rentrer chez moi.

- Je... Je comprends...


Une larme s'échappe de mon œil droite, coulant délicatement le long de ma joue avant de tomber sur le sol. Je me laisse tomber par terre, le dos contre le mur. Ma main gauche, tremblante, se posa sur mon front, me décoiffant légèrement au passage. Je donne l'impression de retenir mes larmes.

- J'ai... J'ai vraiment tout gâcher.... Je suis vraiment désolé...

Je relève timidement la tête vers la jeune demoiselle, soupirant tristement.

- Mais s'il vous plaît avant de partir, écoutez-moi, juste quelques minutes, je vous en pris.

Je me relève doucement, tremblant légèrement, tout en la regardant ou plutôt en l'observant. Je cherche à savoir si elle croit à mes paroles, à mon mensonge, ou pas.

- Je.... Je... Désoler... C'est si difficile à dire, j'aurais préféré vous le dire à la fin de cette soirée. J'avais tout prévue... Enfin... Je prends une grande inspiration, laissant couler une nouvelle larme. Je vous aime !

Je m'éloigne d'elle, comme ci, je n'arrivais plus, soudainement, à la regarder dans les yeux après une telle révélation. Je soupire de nouveau, mais intérieurement, je rigole, je m'applaudirais presque pour mon rôle d'acteur si parfait.

- Cela fait bien longtemps, mais je m'étais toujours interdit de vous approcher, de vous inviter à dîner comme ce soir. Après tout, je suis votre professeur et vous êtes mon élève tout cela nous est interdit, malheureusement... Mais... Quand ce mur est apparu, ce fut comme une révélation pour moi ! À tout moment je pouvais vous perdre, la vie pouvait s'arrêter du jour au lendemain sans qu'on le souhaite. Alors c'est pour cela que vous ai convier à mon bureau, je voulais vous inviter à dîner pour enfin vous avouer que je vous aimais... Il m'a fallu du temps et du courage. Mais... À aucun moment, je n'avais prévu d'avoir un tel don... J'ai... Je ne voulais pas vous faire peur... Je ne voulais pas de cela... Je voulais simplement une soirée tranquille avec vous, comme deux personnes normales, sans qu'on pense à qui est l'élève et qui est le professeur... J'avais même demandé à mon majordome de chercher quelques informations sur vous... Histoire d'avoir un sujet de conversation, je me sentais tellement stresser pour ce soir... Je n'ai lu ce livre sur la magie noire, que parce que vous empruntez beaucoup de livres sur la magie et tout en ce moment... Je voulais juste vous faire bonne impression, que vous pensiez que nous avions un point commun tous les deux... Je suis vraiment désolé pour tout...

Je me retourne pour lui faire face pour la regarder dans les yeux, j'ai les larmes aux bords des yeux. Mon dieu, mais quel jeu d'acteur, je suis plutôt doué en improvisation, plus que je ne le pensais en tout cas. Je me mords la lèvre inférieure, faisant un pas en avant, comme cherchant quelque chose à lui dire de plus après mon monologue, mais rien. Je soupire tout en me massant la nuque.

- Je vais... Aller ouvrir la porte d'entrer...

Je me dirige vers l'escalier, la tête baissé, semblant au bord du gouffre.
Codage par Libella sur Graphiorum


bienvenue à Covington
Freyja Sanders
avatar

Voir le profil de l'utilisateur
GÉNÉRAL.Age : 20 ans.
Surnom : Carebear
Photo d'Identité :
Métier : Etudiante
Localisation : Covington
Humeur : Humeur pluôt contradictoire, parfois heureuse parfois très triste.
Cupidon :
POUVOIR.

MessageSujet: Re: Un dîner aux chandelles (P.V : Freyja Sanders)   Mar 5 Déc - 15:50

Witch things.

( Agnes Obel - The Curse )
Je suis perdue, perdue dans une sorte de rollercoaster émotionnel. Je ne sais pas ce que je dois faire… Il me fait peur. Je n’ai pas du tout confiance en lui… Je n’arrête pas de me répéter que je ne dois pas lui faire confiance… je sors de la chambre le bras tendu… prête à lui lancer un sort, plus intense que le premier, si nécessaire… Je marque la distance entre nous deux. Je le fixe… les sourcils froncés… On dirait qu’il a pleuré. Ou qu’il pleure. Je ne sais pas trop. Il s’excuse… il dit avoir tout gâché. Je reste silencieuse… Il me regarde… je détourne instantanément le regard.

Il veut que je l’écoute. Pourquoi faire ? Tout a été dit… Je l’ai vu… je l’ai vu tout à l’heure. Sa vraie facette. Il est effrayant. Il ne faut pas croire que parce que je suis blonde, je suis un poisson rouge…
Et puis… il se met à faire une déclaration. Une longue déclaration… d’amour ? Je… je baisse le bras par mégarde… je me passe la main sur le front… je ne comprends plus rien et tout ça me donne mal à la tête… j’ai presque même envie de vomir. Il me retourne dans tout les sens… il me fait flipper… il fait battre mon cœur… j’ai l’impression de perdre la tête. J’essaie de lui dire quelque chose, toute tremblante… mais rien ne sort de ma bouche. Il part vers l’escalier... et moi je reste figée sur place.
Et si c’était encore un coup de psychopathe ou je ne sais quoi… et si… et si c’est moi qui inventait tout dans ma tête ? Qui flippe pour rien… il ne voulait juste pas me faire peur avec son pouvoir… et maintenant il regrette ? Et… Rah j’en sais rien !

« Attends ! »

Je m’approche de lui… un peu hésitante… et toujours peureuse.

« Je… je suis désolée… je suis désolée d’avoir mal réagi. Avec ces voix dans ma tête qui m’harcèlent vingt-quatre heures sur vingt-quatre… et cette histoire de don… j’ai flippé. J’ai flippé… j’ai fait n’importe quoi… une petite larme coule sur ma joue je suis perdue… David… je n’ai plus personne… plus de famille… plus rien à part… mon don et les petites voix qui vont avec… Elles m’harcèlent ces saloperies de sorcière… »

Je craque nerveusement… j’en peux plus. Toute la pression retombe et je me mets à pleurer. Je viens l’enlacer comme pour me rassurer….

« Je voulais pas te faire du mal… je te le jure… »

©️ 2981 12289 0
bienvenue à Covington
David Jefferson
avatar

Voir le profil de l'utilisateur
GÉNÉRAL.Age : 35 ans
Photo d'Identité :
Métier : Directeur de l’Université & Membre du Conseil
Localisation : Surement à la recherche de futur membre pour son armée
Humeur : Colérique
Cupidon :
POUVOIR.
Informations sur le Personnage
Groupe :: Hérétique
Camp :: Souhaite quitter la ville !
Description du Pouvoir : :

MessageSujet: Re: Un dîner aux chandelles (P.V : Freyja Sanders)   Ven 29 Déc - 18:13

Et le rôle du meilleur acteur de l'année est attribué a... Moi-même, bien entendu ! Cette improvisation était plus que parfaite, je dois bien l'avouer. Cette déclaration d'amour... J'y croirais presque moi-même, rien qu'en m'écoutant parler. Tout y est, les belles paroles, les larmes aux yeux, la voix hésitante, les mains qui tremblent légèrement, tout est là. Je termine mon monologue, le regard vide, donnant l'impression d'être presque au bord du suicide. Je me dirige d'un pas lent vers l'escalier, disant à la jeune demoiselle que je vais la libérer de mon donjon maléfique. Je marche doucement, la tête baisser, espérant que ma petite "fausse" déclaration d'amour l'ai convaincu suffisant pour qu'elle ne voie plus comme un monstre pouvant la brûler tout entière. J'ai un pied posé sur la première marche de l'escalier, quand soudain :

- Attends !

Je m'arrête net dans mon geste, restant toujours de dos à elle. Je me retiens pour ne pas sourire, je ferme les yeux un instant essayant de garder mon sérieux et surtout mon air triste. Je l'entends s'approcher de moi doucement.

- Je… je suis désolée… je suis désolée d’avoir mal réagi. Avec ces voix dans ma tête qui m’harcèlent vingt-quatre heures sur vingt-quatre… et cette histoire de don… j’ai flippé. J’ai flippé… j’ai fait n’importe quoi… je suis perdue… David… je n’ai plus personne… plus de famille… plus rien à part… mon don et les petites voix qui vont avec… Elles m’harcèlent ces saloperies de sorcière...

Je me retourne doucement pendant son petit monologue, écoutant chacune de ces paroles avec la plus grande des attentions. La regardant tristement, remontant la marche de l'escalier pour lui faire face. Soudain, à la fin de son petit discours, elle se jette littéralement dans mes bras pour m'enlacer. Immédiatement et par reflex, mes bras viennent l'enlacer très délicatement comme par peur de lui faire mal.

- Je voulais pas te faire du mal… je te le jure…

- Chuuut.... Je te crois.... Je te crois...


Ma voix est douce et calme, j'accompagne mes paroles d'une douce caresse sur sa tête, touchant ces doux cheveux blonds. Je la serre doucement contre moi, la laissant pleurer contre moi. Oh mon dieu... Ma petite déclaration à la noix à encore mieux marcher que je ne le pensais, mais attention... Tout n'est pas encore gagner à cent pour-cent... Bon, détends-toi, David, il est temps d'achever la belle. Je baisse doucement la tête vers elle, ma main qui était poser sur sa tête descend le long de son visage pour venir attraper son menton le levant légèrement, la forçant à me regarder dans les yeux.

- Tu ne sera plus jamais seule, je te le promets...

Je viens lui embrasser tendrement le front, avant de la regarder de nouveau dans les yeux. Puis je viens déposer un deuxième baisser sous un de ses yeux humides, goûtant à l'une de ses larmes salés. Mon regard se pose de nouveau dans le siens, mon visage est très proche du siens.

- Je te le promets... Lui répétais-je dans un murmure presque inaudible.

J'approche doucement mon visage du siens, puis sans prévenir, mes lèvres se posèrent sur les siennes dans un doux baiser de quelques secondes à peine. Si la demoiselle ne tombe pas directement dans mes bras la, alors je ne comprends vraiment pas les femmes. Je regarde la demoiselle dans les yeux après ce baisser, caressant doucement sa joue d'une main.


- Tu peu resté dormir ici si tu veux ce soir, même... Tous les soirs que tu veux... Ma douce Freyja...
Codage par Libella sur Graphiorum


bienvenue à Covington
Contenu sponsorisé

GÉNÉRAL.
POUVOIR.

MessageSujet: Re: Un dîner aux chandelles (P.V : Freyja Sanders)   

 

Un dîner aux chandelles (P.V : Freyja Sanders)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Freyja, enfant du Chaos [Guerrière]
» Freyja-religieuse-Toxic
» Les nouvelles unités Grenat et Freyja vont arriver - 26/08 au 02/09
» [TUTO] Faire des bougies
» Un Dîner aux Chandelles, avec des Humains à Manger [Livre 1 - Terminé]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Covington Mystery :: ❀ Covington ❀ :: Le quartier résidentiel :: Maison de David Jefferson-